La passe à poissons de la prise d’eau du Fion à Chevenoz opérationnelle

vendredi 12 avril 2002.
 
C’est en 1898 que fut construite la prise d’eau du Fion à Chevenoz pour permettre l’éclairage d’Evian et Thonon. Ainsi grâce à cette installation la ville d’Evian était désservie en éclairage au jour du 1er juin de l’année 1899 et celle de Thonon les Bains le 1er mai de l’année suivante ; en octobre 1901, un arrêté de règlement d’eau autorise la société "l’union électrique" à exploiter l’aménagement ; le transfert EDF à lieu en 1946 à la nationalisation. L’aménagement de Chevenoz est constitué d’un barrage captant les eaux de la Dranse d’Abondance situé à "le Fion", d’un canal d’amenée de 760 m, d’une conduite forcée de 250 m aboutissant sur une centrale. La restitution de la Dranse se fait immédiatement à l’aval de la centrale, celle-ci est équipée de trois groupes à axe horizontal pouvant turbiner au total un maximum de 3 m3 seconde. La puissance nominale de la centrale est de 1100 kw, production équivalente à la consommation d’une bourgade de 1600 habitants. L’aménagement de Chevenoz est exploité par l’équipe d’exploitation hydraulique de Bioge qui regroupe l’exploitation des aménagements hydroélectriques installés sur les Dranses. La migration ascendante de la truite Sur ce barrage se situe une zone de migration de la truite. Son franchissement a été rendu obligatoire par arrêté préfectoral de renouvellement de l’autorisation de l’usine hydrolélectrique de Chevenoz et promulguée le 3 mars 2000 pour 40 ans à l’exploitant EDF. Courant 2001, après une large concertation de l’EDF et ses partenaires associations de pêches, direction de l’agriculture et des forêts, l’INRA, l’Agence de l’Eau etc.. conviennent d’un projet commun pour la réhabilitation de l’ouvrage. Après avoir débuté en octobre 2001, les travaux engagés par EDF pour la réhabilitation de la passe à poissons de la prise d’eau du Fion, sont terminés. Cet ouvrage de génie civil en pierres maçonnées est constitué de 10 bassins de franchissement, "cet aménagement permet aux poissons notamment truites de souche méditerranéennes de franchir le seuil du barrage sur une hauteur de 5 mètres" commente aux visiteurs Jean-François Menoud, responsable se l’Equipe d’exploitation du bioge avant de préciser que le réhabilitation de cet ouvrage construit en 1994, consiste à reconstruire le dernier bassin arraché lors d’une crue et s’assurer du bon dimensionnement et de la fonctionnalité de l’ensemble de l’ouvrage. Mercredi dernier , les services de l’EDF représentés par Philippe Touret (Responsable du projet) et Jean-François Menoud (Responsable équipe exploitation de Bioge) , ont inauguré cet aménagement . Etaient présents les partenaires de cette opération , les administrations et élus concernés, Maurice Lauzenaz (maire de Chévenoz), Max Michaud (Chargé de secteur à la Direction départementale de l’Agriculture et de la Forêt). Prochainement une passe à poissons à Bonnevaux "Cette réalisation fait suite au renouvellement d’autorisation d’exploitation de la centrale de Chévenoz pour une durée de 40 ans et est le fruit d’une concertation entre les différents acteurs (EDF Groupe d’exploitation Hydraulique Avre-Fier, AAPPMA Chablais-Genevois, Conseil Supérieur de la pêche, Direction Départementale de l’Agriculture et des Forêts, INRA Thonon, Agence de l’eau RMC)" tiennent à rappeler les responsables de l’EDF tout en répondant aux questions des visiteurs sur les évacuations des crues par une vanne secteur avec un débit réservé de 750 l seconde correspondant au 1/10 de la valeur moyenne de débit de la rivière sur l’année, celui-ci est établi en prenant des chroniques de débit sur plusieurs années. Les coûts des travaux de réabilitation sont évalués à 44 800 € répartis à 35% par l’agence de l’Eau et 65 % E.D.F. Il est à noter que l’aménagement de Bonnevaux en amont de Chevenoz se situe dans le même contexte de renouvellement de titre avec la construction d’une passe à poissons et la même démarche de concertation avec les autres acteurs de l’eau est ménée pour l’aboutissement de cet autre projet. Bien entendu les pêcheurs de la Vallée d’Abondance se réjouiront de ces initiatives.