Deux adjoints se désolidarisent du maire

mardi 11 mars 2008.
 

Il n’échappait à personne qu’il régnait dans la station de Châtel une atmosphère détestable, au sein du conseil, avec la population, les services municipaux, la presse, victimes les uns et les autres d’excès de pouvoir, notre obligation de réserve ne nous permettait pas de tout relater. Mais aujourd’hui avec la campagne électorale certains se libèrent. Deux adjoints dont le premier Jean-François Cruz-Mermy, puis celui aux travaux Cyrille Maxit, viennent de nous faire parvenir la lettre ouverte qu’ils adressent à Philippe Thoule le maire en difficultés au premier tour des élections municipales. B.A. Voici le courrier : « Philippe, Les électeurs de Châtel ont exprimé très clairement leur volonté de changer de maire, et accessoirement de conseillers municipaux, par leur vote du 9 mars. Ils nous ont dit par leur vote ce que tu n’as pas voulu entendre pendant ces sept années passées à la mairie : on ne dirige pas la commune par la force même s’il s’agit de défendre l’intérêt général contre des intérêts particuliers. Les Châtellans ne se sont souvenus que de ces épreuves de force. Ils ont oublié tout le reste, qui a été décidé et fait dans l’intérêt de Châtel. Notre solidarité, en tant qu’adjoints, forgée au moment des élections de 2001, a été constante, même si elle a été malmenée parfois. Elle a des limites, qui ont été plusieurs fois dépassées, mais que nous ne franchirons pas aujourd’hui. C’est pourquoi nous avons décidé de ne pas nous représenter au vote du 16 mars. Nous ne donnerons pas de recommandations de vote à ceux qui ont bien voulu voter pour nous, et que nous remercions sincèrement, car ils sont bien sûr les seuls à décider de leur choix. Sans regret, cordialement, Jean-François Cruz-Mermy, Cyrille MAXIT ».

(JPEG)
(JPEG)