On casse les plateaux surélevés

dimanche 25 novembre 2007.
 

CHATEL

A Châtel on ne sait plus quoi inventer pour donner de l’eau au moulin de ceux qui épient les actions municipales. La méthode qui n’échappe à personne est on construit et on casse ! Nous avions dans notre édition du vendredi 19 octobre relaté la construction route de Vonnes (RD 22) en direction de la Suisse de plateaux surélevés ; le prétexte était de remonter le niveau de la route et aussi de réduire la vitesse sur cette voie particulièrement fréquentée. A mi construction des ouvrages, les châtellans riverains se sont manifestés et ont donné de la voix auprès des adjoints au maire, il parait plus facile de se plaindre auprès d’eux .Entendant les doléances ils en rendirent compte au maire et l’invitèrent à rencontrer avec eux les mécontents. Une fois de plus c’est le manque de concertation qui se dégage de cette situation. « Ces 15 cm ont été compensés en réduisant la largeur de l’accès des propriétés privées riveraines à la route départementale d’une part, et en augmentant légèrement, mais sur un linéaire plus important, la pente de ces voies d’accès à la route départementale d’autre part » répondra la mairie à la question de savoir comment on pouvait rattraper un écart qui avait fait prendre comme solution le plateau surélevé. Nous avons demandé au maire qui allait prendre en charge financièrement les coûts de ces travaux. Le maire nous répond : « Ces travaux de construction et de démontage n’entraînent pas de plus value à l’opération générale de réalisation des trottoirs. Le contexte géotechnique favorable, a en effet permis de réduire le coût des ouvrages de soutènement et les négociations foncières ont ponctuellement engendré une diminution de la masse des travaux à réaliser ». Ce qui laisse supposer que s’il n’y avait pas eu ces plateaux surélevés ce chantier aurait été facturé au dessous des estimations, ce qui change des autres tranches où les contribuables supporteront les avenants accordés par le conseil.

(JPEG)
(JPEG)