Taxe de séjoue : vers un retour au réel

dimanche 19 janvier 2003.
 

Lors de l’Assemblée Générale de l’AARCA, le problème de la taxe de séjour a été soulevé. En effet cette dernière est perçue forfaitairement ce qui revient à la transformer en un impôt sur le loueur et donc, d’après la loi, il est interdit au loueur de la récupérer sur les locataires ! Monsieur Bernard Maxit, maire de La Chapelle d’Abondance, a répondu que dans le cadre du syndicat Intercommunal la taxe de séjour a été harmonisée. Elle a été au réel jusqu’à la fin des années 80, elle est passée au forfait en 1992-1993 et son montant plafonne depuis à 350.000FF. Toutefois une étude du syndicat Intercommunal montre qu’elle rapporterait plus en revenant au système du réel...

Ce retour en arrière serait apprécié des résidents secondaires qui aimeraient louer de manière occasionnelle leur appartement sans avoir à être imposer de la même façon qu’un loueur professionnel. Aujourd’hui, les résidents secondaires ne représentent qu’une faible partie des loueurs et de plus en plus, ils sont décourager par ce forfait qui s’ajoute aux autres impositions. Au final, on voit de plus en plus de logement fermés en pleine saison alors que la station affiche complet, ces appartements vides deviennent alors des manques à gagner dans d’autres domaines...