La colère s’installe autour du projet Super Châtel/Linga

mercredi 12 septembre 2007.
 

CHÂTEL

Il n’a pas échappé aux derniers touristes présents à Châtel et aux habitants, depuis quelques jours que les panneaux fleurissent dans l’environnement en bordure de la route du Linga, des sens interdits avec la mention « propriété privée » ou encore « non au projet ici ». Si nous avons eu l’occasion dans un précédent article d’évoquer l’actuelle consultation publique, les familles Dunand, Grillet et David se manifestent pour montrer leur désaccord sur un projet qu’ils considèrent comme irréfléchi et coûteux pour la commune. L’un d’entre eux, Constant Dunand, dénonce les risques de manque de neige à cet endroit et de préciser « la piste de la Leiche avec accès depuis le Linga n’a jamais été ouverte cette année et environ moins de deux mois les années précédentes ; même artificiellement la neige ne tiendra pas sur ce versant ensoleillé comme par exemple la piste du Crêt ». Et d’ajouter à propos du projet « Ce ne sera pas rentable puisque les téléskis du secteur qui faisaient office de liaison ont disparu faute de clientèle (Trottinette, Savonnette, Trécole, Vonnes) ». Par ailleurs les skieurs devront traverser la route départementale qui va en Suisse. « Est-il nécessaire d’abîmer un paysage vierge de construction, utilisé pour la pâture et la fenaison de plusieurs troupeaux, nous sommes contre ce projet mais défendons celui du lac et la simple remise en état du téléski de Vonnes ». L’irritation locale vient aussi du manque de concertation. « En tant que propriétaires et jusqu’à ce jour, nous n’avons pas été concertés par les élus » dira encore Constant Dunand qui regrette de ne pouvoir exposer ces arguments sans être agressé verbalement.

Un autre projet celui du « Lac

C’était une proposition avec un télésiège et 1 téléski : un en direction de la pointe du Midi pour aller vers le Linga et l’autre en direction de « Sur le Bord » pour Super Châtel. Les avantages qui apparaissent pour les chatellans : 1250 m d’altitude ce qui peut faire une différence avec le froid du bord de lac, moins de pistes à créer, parkings existants près de la douane, moins dangereux puisqu’il n’y aurait pas de route à grande circulation à traverser, une réalisation plus rapide due au fait qu’une grosses partie des terrains sont communaux, facilité d’accès pour la clientèle venant de Suisse.

On crie à l’injustice !

« Une grande partie du patrimoine que nos parents et grands-parents ont conservée pour nous, nous est enlevée, environ 2 hectares sous prétexte que l’on profite du tourisme que l’on travail aux remontées mécaniques » précise l’agriculteur, restaurateur l’hiver dont la famille a contribué à la route qui dessert le Linga, la création du lac de Vonnes, et qui est concerné sur les projets d’aménagement du chemin pédestre qui longera la Dranse et d’ajouter « C’est injuste car nous sommes les seuls à en pâtir ». Les familles concernées sollicitent les conseillers qui leur répondent ne pas être au courant. Il apparaît toutefois que de nombreux Châtellans s’interrogent sur les vraies raisons d’un projet implanté à cet endroit. B.A.

Un dossier en concertation

Le maire de Châtel, Philippe Thoule avec le plan du POS 1981 modifié en 1990 en main, explique les choix du précédent conseil municipal, qu’une variante a été apportée avec une gare de départ au-dessus de la route du Linga au lieu d’en dessous. Dans les choix le conseil municipal a tenu compte du nombre important de personnes se trouvant sur le secteur, sur les possibilités d’alimentation des canons à neige par le lac de Vonnes. Sur le scénario au-dessus du lac la difficulté vient, selon le maire, des zones d’avalanches existantes et pour lesquelles il faudrait effectuer des travaux trop coûteux. « C’est un dossier que l’on doit faire avancer, il est clair que c’est le prochain conseil qui le fera. L’hiver prochain devrait nous donner une tendance si nous avons un hiver super enneigé, plus on va attendre mieux cela sera, peut-être, pour donner une impression sur les mouvements de la planète » souligne le maire. « Il y a peut-être une solution à trouver avec l’ancien téléski de Vonnes, de le continuer un peu plus haut » précise-t-il. Le maire se dit prêt à discuter afin de trouver une réponse au mieux pour relier les deux domaines. « Ce dossier, nous allons le faire en concertation » déclare le premier magistrat municipal.

(JPEG)
(JPEG)