Bonjour. Voila nous avons une belle portion de route entre Abondance et La Chapelle mais pourquoi ne pas prevoir une bande cyclable au moment des tavaux pour la securité des cyclistes locaux et des vacanciers .

jeudi 2 août 2007.
 

Réf question : StV 020807

Bonjour et merci de votre visite sur www.nicolasrubin.com

Votre question concerne l’intérêt avec lequel, les responsables de ce type de travaux et le gestionnaire de ces voies de circulation en l’occurence , le conseil général, s’intéresse aux moyens transports dits "verts" dans notre vallée ainsi qu’à la sécurité des piétons et utilisateurs de deux roues. Le bassin annecien s’intéresse depuis longtemps aux pistes cyclables et aujourd’hui, s’il est un endroit ou les efforts consentis sont appréciés des utilisateurs c’est bien là bas... Il faut aussi reconnaître, que la création d’une piste dédiée aux deux roues et/ou piétons nécessite une emprise d’au moins 1 m sur chaque voie. Même si le domaine public pourrait le permettre à certains endroits, il y en a d’autres qui nécessiteraient des acquisitions foncières, lourdes de démarches et longues dans le temps. Mais sans engager cette réflexion et ces actions, le problème ne fait qu’être repoussé. Pour autre exemple, dans notre vallée, les transports en commun sont initiés par le conseil général dans une démarche Interreg appelée MOBILALP ( Définition ci-après). On parle de transport alternatif et durable et le slogan de cette action est "donnez congé à votre voiture". Le vélo et la marche ne sont pas à l’ordre du jour...

Qu’est ce que MOBILALP ?

Ce programme vise à développer des modes de déplacement alternatifs à la voiture individuelle dans l’environnement sensible de l’arc alpin :

En améliorant les services d’information pour les usagers, notamment par la mise en place de centrales de mobilité qui permettent, via internet, de découvrir l’ensemble de l’offre et des itinéraires en transports en commun ;

En expérimentant des offres de transport innovantes et durables. Ces actions peuvent être ciblées à des échelles diverses (communales, interurbaines...) ou vers des groupes donnés (les actifs, les skieurs, les touristes...).

Le Département de la Haute-Savoie est le chef de file de ce projet qui regroupe 16 partenaires, issus des Alpes autrichiennes, italiennes et françaises. Le budget global s’élève à 2 849 000 euro, dont la moitié provient du Fonds européen de Développement Régional (FEDER).

Merci de votre visite sur www.nicolasrubin.com