Bonjour.Nous venons de découvrir votre site .Nous sommes résidents à Châtel (les Sorbiers : devant la Vora) et voudrions en savoir plus sur la déviation par le petit Châtel et la route du Boude ainsi que sur le couloir d’avalanche qui fluctue au gré des années (surtout depuis l’installation du Maire actuel)

jeudi 2 août 2007.
 

Réf question : TL020807

Bonjour, merci de votre visite et votre question sur www.nicolasrubin.com

Concernant la déviation, je pense que vous faites état de l’augmentation de circulation sur « la route des 4 saisons » menant à votre résidence. Cette modification de circulation intervient suite à la signature d’un arrêté municipal par le maire, interdisant la circulation de la portion de route situé devant la mairie et engendrant de ce fait, un nouvel itinéraire pour les véhicules qui désormais, de 17h00 à 7h00, doivent emprunter la route du boude, la route du bouchet pour rejoindre le petit châtel. Par ailleurs, ce n’est pas la seul possibilité puisque la route de Petit Châtel reste ouverte sur toute sa longueur... La fermeture de cette portion de route a pour motif de "mettre en place un zone piétonne à titre d’essai" selon l’arrêté municipal. Une autre version "circule" et précise que cette route aurait été fermée au titre d’une compensation envers les commerçants concernés, suite à la durée des travaux devant leur établissement ayant occasionné un préjudice financier. Il est difficile aujourd’hui de connaître la vraie raison de ce choix face à deux versions toutes aussi crédibles l’une que l’autre. Sur le couloir d’avalanche, comme vous, j’ai pris connaissance de l’approche du risque faite par les services de l’état et la commune de Châtel et notamment en amont de votre résidence. Sachez, qu’actuellement et pour tenter de contredire l’analyse faite par les rédacteurs du projet de Plan de Préventions des Risques, un cabinet suisse, spécialisé dans l’étude des avalanches travaille sur le secteur qui vous concerne et ce, à la demande de certains élus, pressés par la population de réagir face à une analyse plutôt pessimiste présentée et soutenue par les services de l’état et une partie des élus il faut le dire. Les propriétaires qui voient leur habitation classée en zone rouge ou exposée au danger alors qu’hier, un permis leur a été délivré en toute régularité par la même commune et des services de l’état normalement compétent pour ne pas avoir à contredire leurs décisions après quelques des années, sont en droit de s’inquiéter... Mon avis sur ce sujet et sur toutes les zones qui sont comparables, c’est que rien n’a été fait en matière de prévention passive et active des risques par la mise en place de dispositifs spéciaux visant aussi à favoriser la protection des plantations, considérées comme un rempart efficace à tout départ d’avalanche. Les zones boisées limitent considérablement la reptation de la neige et sans dispositifs adaptés, la végétation ne peut s’installer durablement parce qu’elle est continuellement détériorée par cette neige qui coule... Le plus paradoxale sur ce type de dossier, c’est que plus les années passent, plus on nous parle de réchauffement climatique, moins nous devrions donc avoir de neige et plus les zones à risques prennent de l’ampleur ! Avec toutes ces contradictions, comment l’analyse des personnes concernées peut elle être comprise ?

Espérant avoir répondu à votre attente, merci et bienvenue sur www.nicolasrubin.com