LE CAMPS 2002 AU BURKINA FASO

lundi 18 mars 2002.
 

"Il vaut mieux offrir un filet que donner des poissons.... ". C’est dans 1’esprit de ce proverbe chinois que nous sommes partis vers le Burkina Faso, avec l’argent des marches de Noël, des loteries, du repas, de la belote, des cartes de vœux et de vos dons personnels, (pour information le prix du voyage était à la charge de chacun). Dès notre arrivée à OUAGA, nous avons délègue notre guide, Alain KOMBERE, pour faire les achats utiles pour I’exploitation des boulis de GOROM et des environs : (brouettes, outils, semences, engrais, pulverisateurs à dos, grillage etc..).

image 427 x 260 (JPEG)

Pour mémoire rappelons qu’un bouli est une mare artificielle autour de laquelle se fait la culture maraîchère. Nous avons pu admirer de véritables oasis de verdure, avec des légumes magnifiques ou à n’en pas douter les graines que nous avons apportées auront un brillant avenir pour la plus grande joie de tous.. Les achats d’Alain furent remis avec cérémonial et à notre tour nous avons été combles par le fruit de leur travail, une chèvre et des choux énormes a souhait et différents légumes ! Nous avons pu aussi au campement Bella de TANGUISSY, aux portes du désert offrir un âne et une charrette et partager la nourriture que nous avions achetée au marché.. Nous avons compris dans cet environnement ou l’aridité et la pauvreté du désert règne, où la vie est dure comment le partage est riche. Nous avons passe une nuit inoubliable autour d’un grand feu ou nos hôtes faisaient cuire les cuisseaux de la chèvre que nous avions apportée. Une bonne partie de la nuit s’est ainsi passée à chanter, à danser tout en partageant la viande savoureuse avec le the touareg de circonstance. Le lendemain nous étions réunis pour célébrer la messe avec les quelques chrétiens du campement ce fût un temps fort de prier ensemble entre ces quatre murs de terre séchée. A notre départ nous avons laissé Id les vêtements prévus pour le partage. Les jours qui suivirent furent pleins d’expériences nouvelles, d’amitié, de mains qui se serrent avec des " bonne arrivée " et les " ça va ?" " Il resterait beaucoup de choses à raconter comme par exemple l’expédition que représentaient les déplacements, la rencontre avec les Lycéens, les rencontres sportives autour d’un ballon de foot, le message des enfants de Vacheresse remis à une classe de CM1 afin de créer des liens et peut être une correspondance, la découverte des lieux ou a vécu durant 10 ans le Père André Arnet, la rencontre de ses nombreux amis. De cette expérience africaine nous garderons un souvenir inoubliable, une vision de 1’Afrique positive qui gomme les préjugés que nous avons 1’habitude d’entendre et c’est chaleureusement que nous remercions André Arnet qui a permis cette aventure.

Article envoyé par le Père Arnet