Le fusil de l’aïeule de Nicolas Sarkozy retrouvé à La Chapelle d’Abondance

dimanche 27 mai 2007.
 

VALLEE D’ABONDANCE

A la lecture du Dauphiné-Libéré du jeudi 10 mai un habitant de La Chapelle d’Abondance, s’est senti particulièrement concerné puisqu’il avait entendu parlé par son grand père Albert Villiger et son père Adolphe de la Comtesse de Nagy la grande tante du nouveau président de la république. Il téléphona à André Crépy, l’ancien maire de Châtel et conseiller général. « J’ai chez moi le fusil de la Contesse de Nagy, elle en a fait cadeau à mon grand-père Albert qui chassait à cheval avec elle vers les Boudimes ». Marie Marchand également de La Chapelle a le souvenir d’une Nagy qui habitait un moment dans la ferme de « Suvay ».

Un fusil qui secoue

André Villiger nous confirme que la Comtesse, au retour de la guerre du propriétaire de la ferme de l’Essert à Châtel, Joseph Crépy-Marglais, est venue habiter la ferme de Marie Bovard, l’amie de Albert Villiger, tous deux bien connus ; ce couple, constamment et en toutes occasions, chantait. Albert jouait aussi de l’harmonica. « Mon grand père a offert le fusil à mon père ; il s’agit d’une arme à plomb de calibre 16, je me suis servi moi-même de ce fusil pour chasser, il secouait un peu ! » dira André à l’ancien maire. Et d’ajouter « Lorsque j’ai dit à mon père que Claude mon épouse allait passer son permis de chasse, celui-ci me répondit, il ne te reste plus qu’à lui acheter un cheval pour faire comme la Nagy ». Ce fusil, André et Claude l’ont toujours affectionné, c’est le cadeau du grand-père avant d’être l’arme de chasse d’une comtesse, bien entendu avant de savoir qu’il s’agit de la grande tante du nouveau chef de l’état. Cela les honore, sans leur donner la grosse tête, et de passer la main sur le fusil, une caresse en quelque sorte sur un objet qui devient encore plus précieux.

(JPEG)