Une aïeule du président de la république a vécu à Châtel

vendredi 11 mai 2007.
 

L’élection du nouveau président de la République Nicolas Sarkozy active les conversations à Châtel. D’abord parce que les Châtellans ont voté à 87,34% pour lui, et aussi parce que quelques uns font état de la présence d’une de ses aïeules qui a vécu plusieurs années dans la station de la vallée d’Abondance Celui qui garde le plus de souvenir est André Crépy l’ancien conseiller général- maire. C’est fin octobre 2005 qu’un résident depuis plus de 70 ans, lui confiait que la comtesse de Nagy ayant habité Châtel était membre de la famille de Nicolas Sarkozy, le maire de Neuilly d’où il est domicilié. Georges Brondel, directeur général honoraire de la commission européenne à cette époque, devait échanger des souvenirs avec André Crépy qui a bien voulu nous les confier. Il se souvient de cette femme, belle et grande, toujours habillée de longues robes blanches.

(JPEG)
hotel chamois vue de Châtel

Elle a habité deux années à l’hôtel « le chamois » actuellement « les rhododendrons ». Elle partit avec sa famille à Evian pendant trois années.

Une grande pianiste

(JPEG)
Vue de l’Essert (Point jaune)

Si les membres de sa famille quittèrent la région, la comtesse de Nagy est venue résider à l’Essert de Châtel, dans une petite ferme appartenant à l’époque à Joseph Crépy-Marglais. « Elle allait souvent en alpage avec sept à huit musettes sur le dos pour aller chercher des plantes qu’elle apportait à ma mère Louise qui était infirmière et qui faisait des tisanes, potions... » dira André Crépy et d’ajouter « C’est avec mes frères Denis et Henri que nous lui apportions ces remèdes alors que nous étions gamins, elle nous offrait toujours des gâteaux, parfois elle nous invitait à rester pour l’écouter jouer du piano ».

(JPEG)
Mme Crépy, mère d’André Crépy

Pour Suzanne Grillet Aubert née Millet, d’Abondance, elle nous précisera « C’est mon père Joseph Marchand Millet qui la connaissait bien, j’étais une gamine à l’époque vers les années 1930 ; elle dégageait une personnalité et nous l’admirions ». Partie de chasse au dos de mulet

(JPEG)
Maurice Maxit

Maurice Maxit qui habite le chalet voisin à Châtel construit en 1747 nous dit « Je me souviens vaguement d’elle alors qu’elle était sur son balcon, mes parents m’ont très souvent parlé d’elle, mais à cette époque je n’étais pas attentif à leurs propos, mon père Jean-Pierre et ma mère lui donnait du lait et des légumes. Très discrète elle n’était pas fortunée » Guy Crépy Marglais dont le parent louait l’habitation située face du Linga n’a pas conservé de souvenirs particuliers. A aucun moment « La Nagy » comme on l’appelait n’a fait état de son titre de noblesse, de celle qui a appartenu à la cour de Napoléon III, aristocrate d’Evian du temps des rois de France. Nos interlocuteurs varient selon les dates de la présence de la comtesse, il est vrai qu’elle était très discrète. « Elle participait à des sorties chasse à dos d’un mulet en partance du bourg vers le Linga dira encore André Crépy ». Les sympathisants UMP de la station pensent à une éventuelle invitation au nouveau chef de l’Etat pour venir sur les traces de ses ancêtres, faudra-t-il pour cela un nouveau score pour le scrutin des législatives. Propos recueillis par B.A.