Conseil Municipal du 28 Mars 2007 : On est loin du "crédible..."

vendredi 30 mars 2007.
 

La séance débute à 20h30 à 8. Le vote des 4 taxes fera l’objet de discussion parce qu’il est toujours génant pour un conseil municipal d’augmenter les ressources financières venues de la poche des contribuables comme le sont les taxes d’habitation, foncière bâtie, foncière non bâtie et professionnelle. Sur cette dernière, l’effet de plafonnement occasionnera cette année, un manque de près de 100 000 € dans le budget communal. " Ca va nous poser quelques problèmes pour les investissements à venir" précisera le maire en ajoutant "une augmentation s’avère nécessaire". La solution sera donc pour lui, de proposer l’augmentation des 3 premières taxes pour "combler" ce vide de la taxe professionnelle. Un élu précisera "c’est les individuels qui compensent cette différence et pourquoi pas augmenter aussi la taxe professionnelle ?" "Si on augmente la taxe professionnelle, le calcul fait que la taxe d’habitation est augmentée en même temps" touvera à dire, le maire avant d’ajouter "ces taxes permettent de faire des investissements derrière". On aurait pu en douter... Sur cette question et en résumé, il faut selon le maire "augmenter les impôts pour assumer les investissements". Je crois plûtot que si les investissments étaient adaptés, leur coût maîtrisés il n’y aurait pas de besoin particulier de solliciter à nouveau un effort des contribuables déjà suffisamment taxés ! Un élu précisera même "la taxe d’habitation que je paie pour ma maison à Thonon est équivalente à celle d’un garage à châtel !" Le budget communal ne laisse cependant peu de marche de manoeuvre... Concernant les subventions aux associations, 20 000 € d’augmentation seront répartis entre la bibliothèque, le ski club et l’office de tourisme pour qui 15 000 seront alloués. Ironiquement, le maire précisa que "l’amicale du personel communal ne percevrait pas de subvention puisque son compte était bien garni". Il serait question de près de 70 000 € ! La délibération suivante concernant le versement d’un reliquat de subvention provenant du compte évènement de l’office de tourisme interpelera sans plus les élus... 126 000 € alors affectés à l’OT retrourneront dans les caisses communales. D’un côté on vote une augmentation des taxes pour combler un manque et apporter 73 000 € face à une perte de près de 100 000 et d’un autre 126 000 € dormaient tranquillement à l’office de tourisme !

Au chapitre des augmentations, une ligne du vote du budget primitif allouée aux transports publics prévoit un saut 15 %, justifié par la mise en place du nouveau plan de circulation des bus ! Un juteux marché qui lors d’une dernière réunion s’est déja vu bonifier par acceptation des élus de 63 000 € dans le cadre de l’augmentation du marché et qui sera à nouveau valorisé de ces fameux 15 %. Le marché fixé à 1 033 000€ pour 2006 passe à 1 235 500 pour 2007 ! Peut on accepter de tels chiffres quand l’étude du plan de circulation a été faite "gratuitement" par la société de transport ? Elle même qui n’est certainement pas pour rien dans cette orientation budgétaire. J’estime personnellement que la société de transport est trop "impliquée" et qu’elle pourrait influencer des décisions qui lui seraient "très favorables". Il est utile de savoir, que la signature de ce contrat par le maire, prévoit en cas de non reconduction du marché à la société actuelle, le versement par la commune ou un autre postulant, d’une somme de près de 600 000 € ! Un somme dissuasive qui freinera et tuera certainement les ambitions de la concurrence ! Rappelons aussi que des bus, propriété de la société des remontées mécaniques, exclusivement prévus pour le transport des personnes à Châtel, circulent en dehors de la saison hivernale pour le compte de ladite société pour le transport de personne dans le chablais. Un marché à mon avis trop coûteux et sur lequel il faut rapidement se pencher.La signature et l’envol des coûts de ce marché est désastreux pour les intérêts de la commune.

Côté investissment 2007, 5 800 000 € seront engagés. On prévoit entre autre dans cette somme, la couverture de la patinoire pour 600 000 € ! Si le besoin se justifie, le chiffre n’est-il pas abusif face à la rentabilité de cette structure ?

La dépense à outrance poursuit sa route...