3 blessés dont un gendarme

mercredi 7 mars 2007.
 

CHATEL

C’est par l’agression d’un touriste originaire du Nord de la France en séjour à Bernex que débuta un fait divers qui devait se solder par trois blessés dont un gendarme. Vendredi 23 février vers 12 h 30 les gendarmes d’Abondance sont avisés d’une agression dans un restaurant d’altitude à Plaine Dranse de Châtel, à la sortie du télésiège de Pierre Longue. Un homme d’une vingtaine d’années qui tentait de calmer une altercation entre un touriste étranger et un groupe d’une dizaine de jeunes issus des banlieues parisienne, fut violement pris à partie puis frappé à coups de bâtons et de chaussures de ski. Le vacancier trouva refuge dans le local des personnels des remontées mécaniques. Les gendarmes devaient apprendre sur place qu’une dizaine de jeunes étaient les auteurs de l’agression et qu’ils avaient pris la fuite. Des investigations furent entreprises afin de pourvoir identifier le groupe. Rapidement ils entrèrent en relation avec le directeur de la colonie de Gentilly installée à Châtel ; ce dernier au vu des faits décida de les exclurent de la colonie et de les rapatrier par train à Pierrefitte sur Seine dans la banlieue parisienne. Cette décision ne fut pas du goût des agresseurs qui entreprirent de tout casser dans la colonie : mobilier, vaisselle, fenêtres, les extincteurs furent vidés, l’alarme incendie déclenchée. Devant l’ampleur de cette bagarre rangée, un serveur fut blessé par un verre qu’il reçut au visage ; les gendarmes d’Abondance furent à nouveau sollicités. Huit militaires se rendirent sur place et là ce n’est plus 8 jeunes mais les quarante adolescents en séjour qui prirent les gendarmes comme cible, prenant au passage tout ce qui se trouvait à portée de main. Un gendarme fut atteint à la jambe par une pierre (15 jours d’incapacité de travail), insultes, crachats, un verre brisa la vitre d’un véhicule de la gendarmerie. Malgré tout, les gendarmes parvinrent à maîtriser la situation et avec le directeur ils isolèrent les meneurs et les évacuer. Du renfort fut réclamé. Sous les ordres du Lieutenant Jean-Emmanuel Sastre, Adjoint au Commandant de Compagnie à Thonon les bains, avec un effectif du peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie, ils interpellèrent les 8 jeunes. Ces huit personnes furent placées en garde à vue et ventilées vers les brigades d’Evian, Morzine, Douvaine, des recherches de Thonon, et Abondance. Un directeur d’enquête à Thonon devait rassembler les différentes auditions et témoignages. Si les autres vacanciers sont repartis samedi matin, les meneurs âgés de 15 à 17 ans furent en garde à vue 48 heures. Dimanche soir sous escorte ils regagnèrent la gare de Thonon pour rentrer à la maison ; ils devront répondre de leurs actions devant un juge d’enfants de Bobigny. Ils se verront reprocher : outrage et rébellion, détériorations de bâtiments et de véhicules militaires, violence sur un gendarme, un serveur (25 ans) et violence en réunion sur un touriste 10 jours d’ITT. Ce sont trente gendarmes qui ont été mobilisés ce week-end sur cette affaire. L’enquête a également permis de retrouver dans les affaires de certains des objets volés pendant leur séjour ainsi qu’un point américain, un couteau (arme de 6ème catégorie) et un diffuseur de bombe lacrymogène.

De nouveaux colons sont arrivés samedi matin en provenance de la même banlieue pour une semaine. Et déjà dans les affaires de l’un d’entre eux il a été retrouvé un coupe boulons. Il est évident que ces jeunes qui ont payé 30 € pour séjourner à la neige n’ont pas que des intentions sportives.