Les Chanoines et le presbytère au conseil municipal

vendredi 9 février 2007.
 

ABONDANCE

A l’ordre du jour du conseil municipal de mercredi soir à Abondance il y avait entre autre : bail de presbytère, position du conseil sur les travaux d’aménagement. Avant l’étude des questions le maire Serge Cettour, tout en regrettant l’ampleur de la situation actuelle, devait donner lecture d’une lettre adressée au conseil municipal de Hubert Vaudaux Diacre confirmant une communication téléphonique du samedi 20 qui précise « notre Evèque Mgr Boivineau et son conseil tiennent à exprimer leur désaccord avec le courrier accompagné d’un communiqué qui vous a été adressé personnellement de la part de la communauté des chanoines ». Il est rappelé que seul l’Evêque est habilité à signer le contrat du bail et une demande de rendez-vous est sollicitée dans ce sens. Autour de la table du conseil, on reconnaît le climat détestable, certains demandent une visite des locaux du presbytère pour les conseillers, d’autres évoquent des éclaircissements par rapport aux propositions de bail, faites par deux fois par la commune et qui attendent toujours une réponse. En matière de travaux d’aménagement la mairie, propriétaire, voudrait bien connaître la nature des travaux, s’agissant en plus d’un bâtiment classé, le maire ayant eu la confirmation que ces travaux seront financés par l’Evêché et le comité paroissial Saint-Maurice. « Je ne comprends pas ce qui se passe, on a l’impression qu’il y a une volonté de dresser les uns contre les autres » dira un membre du conseil, alors que dans l’assemblée se trouve près d’une dizaine de personnes. « Il ne faut pas se braquer, où est le point de litige ? » demandera quelqu’un ; une réponse que le conseil ne connaît pas. L’un des élus ayant assisté à l’office dimanche dira sa surprise d’avoir entendu le mot « taudis » pour les locaux du presbytère. En fin de séance une conversation fut proposée par les conseillers pour demander aux gens présents leur point de vue ; une dame devait dire qu’elle avait été surprise de la multitude des questions qu’avait à traiter un conseil et elle encouragea la démarche d’une rencontre du conseil avec l’Evêque. Visiblement, de tous les côtés, on aspire à une volonté pour que cesse cette polémique.

(JPEG)