Débat entre un téléski et un tapis

jeudi 16 novembre 2006.
 

Châtel

En abordant la question de la construction d’un téléski à la place du télé corde de Prés la Joux, le maire ne s’attendait pas à la réaction de son conseiller Daniel Rubin qui est aussi vice-président de la société des remontées mécaniques. Pour Philippe Thoule il s’agissait d’autoriser la SAEM Sports et Tourisme à déposer un dossier en vue de la construction de l’installation (matériel d’occasion estimé à 85 000€). Daniel Rubin s’est étonné que la décision ait été prise, tenant compte qu’il avait proposé qu’une étude soit faite pour l’installation du type tapis (coût estimé à 135 000€) et qu’à sa connaissance le bureau n’avait pas statué sur le type de matériel à retenir. Daniel Rubin devait regretter que les écoles de ski n’aient pas été consultées. Un long débat s’est installé sur l’utilisation du tapis...

Les arguments contre du maire se résumaient au fait « que les points passages Portes du Soleil ne sont pas rémunérés sur ce genre d’installation ». Certains conseillers précisant au maire que « les débutants skiaient très rarement avec des forfaits Portes du Soleil ». A Daniel Rubin d’expliquer le service rendu aux débutants qui sont les futurs utilisateurs des remontées. Le maire ajoute « En tant qu’investisseur, la SAEM veut en avoir le maximum de rentabilité » ; il précisa les difficultés à entretenir ce type d’installation (déneigement). Au maire de répondre à Daniel Rubin également directeur de l’ESF « Ce n’est pas les moniteurs qui déneigeront le tapis... ». Des éclats de voix du maire pour l’entendre dire : « C’est une affaire de la SAEM et c’est là bas que cela se règlera » et d’ajouter « à ce moment là on laissera le télé corde et tout le monde sera content ». Une fois de plus il est démontré qu’il n’est pas facile d’exprimer un avis différent. Conclusion, le conseil autorise le dépôt de dossier pour un téléski.

(JPEG)