Taxe de séjour et carte d’hôte

mardi 19 novembre 2002.
 

La "taxe de séjour" une concertation avec les acteurs du tourisme

La taxe de séjour, la carte d’hôte, un débat intéressant pour un public qui demande à être informé.

L’initiative revient aux trois maires de la Vallée d’Abondance et du président du syndicat intercommunal, suite à un audit sur la perception de la taxe de séjour sur les trois communes. D’abord perçue au réel, la taxe de séjour a ensuite été forfaitaire. Il apparaît que le nombre de nuitées taxé est particulièrement bas ; le niveau des abattements complémentaires consentis par les communes semble décalé avec l’activité touristique de la Vallée. Après ces propos d’introduction, le Président Maurice David Rogeat donna la parole à Véronique Grimbert coordinatrice au syndicat à la carte qui, à l’aide de transparents précisa d’abord que l’objectif de l’étude était avant tout de faire le point sur les modalités de perception, de recouvrement et d’affectation, d’analyser ces modalités au niveau réglementaire et de la stratégie touristique, et de proposer des solutions pour améliorer la gestion et le recouvrement de cette ressource. Les forfaits en vigueurs furent détaillés avec une variance de tarifs allant entre0,46€ et 0,76€ sur une base de 203 nuitées. La taxe est affectée au développement touristique , elle se trouve reversée aux offices de tourisme pour renforcer leurs opérations d’animation et de promotion. "L’enjeu est de ne pas faire reposer le financement du développement de l’activité touristique sur les seuls contributions fiscales directes de la population permanente" déclara Véronique Grimbert. Elle présenta ensuite les distinctions des régimes réel et forfaitaire puis les anomalies constatées.

Plus d’information

Dans la salle le public se manifeste pour regretter parfois un manque d’information et interroger également sur la taxe de séjour et les cartes d’hôte. Le débat est lancé les colonies sont volontaires pour un forfait au réel et leurs représentants le font savoir, les hôteliers seraient quant à eux plus favorabless au régime forfaitaire. "Nous ne déciderons pas ce soir" ajoute le président du syndicat. Véronique Grimbert propose d’harmoniser cette révision à l’échelle des trois communes, favoriser la concertation entre les acteurs du tourisme par la création d’une commission paritaire (élus et socio-professionnels) et de faire le choix ensemble de l’affectation de la taxe de séjour, tout en sachant que l’amélioration des équipements dépend de l’augmentation du produit de la taxe. Des volontaires se sont inscrits pour travailler sur ces dossiers de la taxe de séjour et proposer des solutions pouvant convenir aux différents prestataires de service. Visiblement l’auditoire, une cinquantaine de personnes est favorable à ce travail de concertation à mettre en place. Une hôtelière Châtellane, précise, "nous avons une bonne information sur la carte d’hôte il serait souhaitable que cela soit la même chose pour la taxe de séjour" Une affaire à suivre