Projet de liaison Super Châtel - Linga et Linga-Super Châtel : Toujours rien de concret, peu de concertation malgré des bruits qui courent...

jeudi 23 novembre 2006.
 

On savait ce sujet "prioritaire" depuis le programme électoral de "développement harmonieux et concertation pour Châtel", et toujours rien de concret en la matière à l’approche d’une fin de mandat. Pourtant, un bon nombre d’études et d’analyses des possibilités ont été faites sur ce sujet et il semble qu’en toute discrétion, un nouveau projet se dessine ! En toute discrétion, parce que très peu de personnes sont concernées...en tout cas, à en croire des élus qui disent ne pas être au courant... ce qui paraît pour le moins inquiétant. Le projet initial consacrait son centre d’intérêt sur la partie amont du village, non loin du lac de vonnes. Ainsi, les aménagements, tant sur le plan technique, financier et pratique, apportaient une réponse adaptée à cette necessité absolue de relier nos deux sites, complémentaires et surtout géographiquement stratégique en matière de circulation de flux de skieurs dans les portes du soleil.Le cabinet de maitrise d’oeuvre qui avait participé à cette réflexion et dont la compétence de son responsable n’a jamais été discuté, se reposait sur une certaine logique.

Prioritaire ce dossier ? Absolument et pour plusieurs raisons. La première est essentiellement du au fait que notre domaine skiable vendu en "1" fait incontestablement "2" avec les inconviénients qu’il procure sur la qualité de l’offre ski et sa praticité. La seconde raison concerne davantage la circulation en station qui occasionne depuis de longue date, des mécontentements incessants de la clientèle qui sont pris en compte trop lentement à mon goût. Circulation piétonnière de part l’unique possibilité de jonction des deux massifs par voie bétumée et circulation routière, incompatible avec des piètons munis d’équipement de ski. Enfin, est-il utile de rappeler l’inconvénient de la multiplication des véhicules de transport inter-massif, du coût élevé de leur fonctionnement et de l’image "urbaine" qu’ils occasionnent ? Près de 1 Millions d’euros sont chaque année engloutis pour cela.

L’autre dossier "confidentiel" à l’étude, pensé apparemment sans trop de concertation, prévoit une installation dont le départ se trouverait à proximité de l’ancien téléski de "la trécole", ou semble-t-il, une décision aurait été prise d’implanter l’ancien télésiège des combes. Projet abandonner puisque cette installation a été vendue pour partie à une station et que ses ouvrages de lignes sont incompatibles avec les nouveaux équipements du constructeur. "On ne s’en était pas rendu compte assez tôt" selon certains. Si l’installation est inutilisable, l’implantation d’un nouvel appareil n’a pas été remise en cause...

Avec les quelques éléments du dossier que j’ai pu obtenir, je m’interroge sur le bien fondé de cette nouvelle démarche. Elle compliquera la réalisation technique, n’offrira pas ou peu de réponse aux problèmes liés à la circulation et aux stationnements des véhicules des skieurs et pourrait occasionner des coûts supplémentaires parce qu’il y aura des franchissements de routes par ouvrage d’art à réaliser sans écarter aussi les besoins en neige de culture face à l’exposition du tracé.

Bref, moins la concertation est présente sur un tel dossier, plus les chances d’erreurs sont grandes. On semble y aller à grands pas à moins que ce soit une nouvelle étude pour faire patienter, parce qu’en matière de réflexion et de situation géographique, les éléments, en tout cas ceux qui sont connus, n’ont pas pour l’instant en face d’eux, à mon avis, des arguments crédibilisants la démarche.

Même si rien n’est encore fait en ce domaine, rien n’empêche de rester vigilant sur un projet qui concerne les chatellans et l’avenir de leur village et non que quelques personnes...