Les épisodes PPR se suivent mais ne se ressemblent pas ! Dernier exemple en date lors de la réunion du conseil municipal du 20 septembre 2006. Une minorité perturbe la majorité et relance le débat....

jeudi 21 septembre 2006.
 

Alors que la réunion se termine ce 20 septembre 2006 après les affaires diverses, 4 conseillers municipaux, via un courrier adressé au maire et concernant le PPR, "souhaiterais que ce sujet soit inscrit à l’ordre du jour d’une réunion du conseil municipal, afin que chacun puisse se positionner clairement sur ce dossier d’importance majeure pour notre commune" Au besoin, précise encore ce courrier "nous demandons à ce qu’il soit organisé un vote a bulletin secret pour laisser une certaine liberté d’expression et d’opinion aux élus sur la question,"êtes vous pour ou contre la rédaction actuelle du PPR et l’interprétation du risque qui en ressort" Ce courrier dira aussi "pas un jour ne passe sans que les chatellans nous interrogent sur cette question, nous accusent de traiter ce dossier avec légereté en laissant les services de l’état piloter seul sa rédaction" Les 4 élus préciseront ensuite, "nous tenons impérativement à reprendre ce dossier en main parce qu’il semble échapper, apr volonté ou non, aux représentants de la population que nous sommes".

3 de ces quatres élus ont participé à la rédaction de ce plan en apportant des information à son rédacteur, un agent du service RTM, mise en cause aujourd’hui par ces derniers pour n’avoir pas tenu compte de leurs informations.

Toujours est-il que la tension monte et le maire qui disait encore hier "ce n’est pas moi, c’est le préfet" semble ne plus être sur cette même longueur d’onde en précisant aux signataires de ce courrier que "ce n’est pas 4 signatures qu’il fallait mettre sur ce courrier, mais celles de l’ensemble du conseil municipal..." a lui de préciser, "moi aussi je suis de cet avis..."

On peut se demander alors, comment 4 élus ont réussi à réveiller un conseil municipal en quasi sommeil sur ce dossier ? La preuve en est que, tout le travail fait jusqu’a ce jour, sera sans doute entièrement revu après que le conseil municipal informe le service RTM, de son opposition à la rédaction de ce plan ! Sans trop se voiler la face, tout ne sera pas possible quand même, le dossier étant largement entamé...il est un peu tard !

Des critiques ont été formulé par le maire à l’égard des personnes de la commune qu’il avait désigné et qui ont participées à l’apport d’informations pour la rédaction de ce plan. "C’est le maire qui signé les courriers au nom des élus de la commission , tout le monde était d’accord il faut pas l’oublier..." A lui de préciser " "untel" (un intervenant non élu) n’a pas compris la première réunion, il disait des choses qu’il ne fallait pas dire. Il n’est pas blanc comme neige, il ne s’est pas rendu compte..." ( ca fera sans doute plaisir à l’intéressé)

Enfin, le maire tentera de rassurer tout le monde mais peut être un peu tard en précisant "les services de l’état m’ont dit qu’ils commancaient toujours pas faire un PPR maximum, c’est a dire avec une emprise maximum des zones rouges et qu’après ils lachent du lest..."

Et bien nous voila rassuré sur la manière de faire sur un dossier de cette importance ! N’aurait-il pas fallut aborder ce dossier avec plus d’implication de la commune pour éviter d’ouvrir des failles qui ne se refermeront peut être jamais ?

Même s’il a été répété par le maire "de toute manière, c’est le préfet qui va signer ce plan et pas nous...."

Et bien sur ce point, mon point de vu est très clair, si le préfet signe un plan qui ne fait pas l’unanimité des élus, qui occupent entre autre une fonction de défense des intérêts de la commune et de ses habitants, face à une approche externe et mal comprise de la situation, les élus n’ont plus qu’à solliciter l’état pour que notre commune soit mise sous tutelle préfectorale !