Incendie de la chaufferie de l’école de Châtel : 106 enfants évacués pour une manœuvre franco-suisse

samedi 23 septembre 2006.
 

Châtel

Dans le cadre de la convention bilatérale de août 2004 relative aux accords franco-suisse d’assistance en cas de catastrophes, un exercice d’intervention des sapeurs pompiers s’est déroulé samedi matin à l’école primaire de Châtel, avec la simulation d’un feu de chaufferie. En 3 minutes 30 l’ensemble des 106 élèves et 5 enseignants étaient évacués dans le calme (sans exercice ni information auparavant). La mise en place des secours s’est faite selon les procédés habituels pour les pompiers locaux rejoints moins de vingt minutes plus tard par des secours en provenance de Troistorrents (Suisse).

Une échelle remorquable pour l’évacuation

Le capitaine Jean Sadak de Thonon assurait le commandement des opérations, avec l’intervention conjointe des personnels français et suisses.

C’est à l’aide d’une échelle remorquable de 1973 de 22 m d’intervention de Troistorrents, un matériel qui a sa souplesse d’exploitation, qu’il fut procédé à l’évacuation d’une personne inconsciente au 3ème niveau. En présence du lieutenant colonel Michel Anthoine chef d’état-major, du lieutenant colonel Alain Rivière directeur adjoint du SDIS, Antoine Lattion Préfet du district de Monthey, Georges Roduit inspecteur de l’office cantonal feu du Valais, Nicolas Moren chef de service sécurité civil et militaire du centre du Valais et autres personnalités des deux pays, le chef d’intervention le lieutenant François Blanc invita les différents partenaires à faire le bilan de l’opération.

Une première expérience réussie et une réflexion à poursuivre

Il en ressort une grande satisfaction : de la concertation dans les décisions, de l’excellente idée de regrouper les chefs de secteurs. Des problèmes de matériels furent évoqués comme les raccords des tuyaux, les protections respiratoires ; les liaisons radio ont bien fonctionné, chaque unité était pourvue d’appareils de chaque fréquence. Le lieutenant colonel Anthoine s’est réjouit du succès de ce premier exercice, il remercia tous les participants ainsi que les autorités pompiers et civils des deux pays et d’ajouter « On a encore des points qu’il faut que l’on regarde ». Il souhaita que l’on fasse perdurer ce genre d’exercice. Quant aux petits écoliers, très sagement, ils ont assisté à toute la manœuvre. Une belle aubaine, mais aussi que de chose à raconter au retour à la maison !

(JPEG)