Polémique autour de la venue des Chanoines

samedi 17 juin 2006.
 

ABONDANCE

La vie paroissiale n’est pas des plus calmes dans la vallée d’Abondance. Déjà le 15 novembre dernier après une rencontre avec Monseigneur Yves Boivineau il apparaissait une inquiétude avec la venue des chanoines et un manque de messe dominicale dans chaque clocher en remplacement de l’Abbé Gaby Doche investi de ce ministère depuis un an à l’époque de cette rencontre. L’évêque s’est montré rassurant en précisant que sa décision n’était pas prise et que de toute façon cela ne changerait pas grand-chose au fonctionnement puisque les religieux seraient sous sa responsabilité. Cette fois c’est à propos du logement des futurs arrivants qu’une polémique s’installe au chef lieu de canton : ces chanoines de la congrégation de Saint-Augustin ne viendraient plus, les locaux mis à leur disposition seraient insuffisants. Le maire Serge Cettour vient de réagir et de préciser « Un communiqué de toute importance accusait la municipalité de compromettre l’arrivée des moines pour un manque de place. Je ne comprends pas la teneur de ces propos aussi bien dans le fond que dans la forme. D’emblée j’ai donné mon accord à l’Evêché pour accueillir une communauté de moines à Abondance. Quant aux conditions de leur installation, en rapport avec la vie monastique simple et modeste, autant que je sache, elles ne sont pas encore définitivement établies et déjà contestées en chaire, c’est-à-dire sans échange possible ». Le maire rappelle que c’est la commune d’Abondance qui est propriétaire des bâtiments de l’Abbaye et c’est elle seule qui est qualifiée pour négocier leur mise à disposition et d’ajouter au nom de la municipalité : « Elle peut s’interroger pour savoir dans quelles mesures elle doit s’impliquer dans l’accueil des religieux, au service de la nouvelle paroisse de Saint-Maurice en vallée d’Abondance, par rapport aux cinq autres communes toutes autant concernées. La municipalité a toujours soutenu le conseil paroissial au-delà de ses obligations et je veillerai de maintenir cette harmonie ». Il serait bon que la polémique cesse et comme dirait une dame à la sortie d’un office « j’attends autre chose lorsque je vais à une messe ».

(JPEG)