Le train miniature : la passion de Michel à Châtel

mardi 30 mai 2006.
 

Châtel

Il était habitué à venir en vacances à Châtel, puis il est devenu amoureux de la station. En 1961 Michel Terrier devait construire lui-même un magnifique chalet « au Jardy ». Au décès de son père Maurice, un ancien agent de la SNCF, il reçut une maquette d’un réseau ferroviaire que ce dernier avait confectionné au fil des années. « Nous avons dû le couper en deux pour le transporter » ajoute ce sympathique retraité et d’ajouter « J’ai tout remonté, refait les câblages, les signalisations, j’ai poursuivit en créant au 86ème la station de Châtel, avec ses sites montagneux et aussi sa gare qui n’est que pure imagination ». Sur 4 sur 2 m sont reconstitués des villages, mais aussi le viaduc de Nogent et ses guinguettes, Neuilly Plaisance où Michel habitait avec son épouse et son fils. Vingt locomotives des années 1939 à 1950 sont en état de marche ; à l’intérieur des wagons on y trouve des personnages. Le détail est partout autant dans les aiguillages, gare de triage, que tramways, automobiles, végétations qui apparaissent sur cet ouvrage. « Je suis dans l’impossibilité de savoir le temps que j’ai pu passer, et je n’ai pas fini ! » dira encore Michel impliqué dans la commune au club des Veillorets et chez les anciens d’Afrique du nord. Quand l’envie se sait sentir il vient dans le grenier admire sa maquette, imagine les créations qu’il ajoutera. Le travail réalisé est indescriptible tant cette maquette est belle, et pour ne pas laisser le visiteur sur une seule vue de l’ensemble, il fait le noir dans la pièce et la maquette vit dans la nuit avec les illuminations des habitations, les éclairages publiques, les signaux lumineux du trafic ferroviaire. On comprend la fierté de Michel Terrier aux commandes électriques pour donner vie à ces modèles réduits, dont un spécimen du wagon de l’Armistice authentifié.

(JPEG)