Casque radio pour les pisteurs secouristes

dimanche 23 avril 2006.
 

Châtel

Ils testent un nouvel équipement.

En cette fin de saison, un équipement en test a été mis à disposition des personnels affectés à la sécurité et la prévention des accidents sur les domaines skiables de Châtel. Il s’agit d’un casque équipé d’un système d’écoute radio, qui pourrait équiper l’ensemble des pisteurs secouristes dès l’hiver prochain. Le montage a été fait à partir d’un casque disponible dans le commerce, modifié à la demande du service des pistes, par une société spécialisée qui équipe notamment les casques des motards de la gendarmerie, la course automobile... « Sur la forme, les professionnels ne peuvent pas conseiller le port du casque et ne pas le porter eux même » précise Nicolas Rubin, directeur du service des pistes de Châtel avant d’ajouter

« On ne peut être crédible que lorsque l’on applique les conseils que l’on donne aux autres dans le cadre de notre activité professionnelle ». Cette démarche s’inscrit dans une volonté de sensibiliser les usagers des pistes sur les conséquences des chocs portés à la tête. Perte de connaissance, traumatisme crânien, lésion cérébrale, autant de cas de figure qui peuvent engendrer des irréversibilités dommageables. Chacun reconnaît que le professionnel est écouté, regardé, pris pour référence et est le meilleur vecteur pour sensibiliser, conseiller et rassurer. Il

montre l’exemple, attitude qui sert avant tout à la prévention. Pour exemple, Nicolas Rubin prend le cas des collisions entre skieurs ou avec des obstacles. « Beaucoup de parties du corps se remettent très bien d’un choc, mais la tête reste fragile et fortement exposée ».

(JPEG)

P’tit gars, p’tite tête, un casque

Des campagnes d’information concernant le port du casque pour les enfants sont depuis plusieurs années diffusées via les médias et sur le terrain. Les efforts faits en ce sens portent leurs fruits. Le slogan utilisé à Châtel « p’tit gars, p’tite tête, un casque » est bien suivi. La aussi, les conseils donnés aux enfants ne sont pas toujours appliqués par les parents, même si l’évolution du port du casque chez les adultes est une certitude. Chez le pisteur secouriste, au-delà de son utilité de protection et de prévention des accidents du travail, il apportera un certain confort contre le bruit des détonations lors des opérations de déclenchement préventif des avalanches en période d’intempéries. Le pisteur utilise pour les besoins professionnels, la moto neige avec l’obligation à Châtel du port du casque ainsi il aura son matériel personnel ce qui solutionnera un certain nombre de problèmes d’hygiène, de tailles. L’équipement radio, apporte d’autres avantages notamment lors des interventions et secours avec les moyens héliportés. La qualité de communication est primordiale pour que les missions se déroulent dans des conditions parfaites. Les systèmes radios standard ne permettent pas une écoute suffisamment audible dans des ambiances fortement bruyantes. Avec le casque, on entendra dans de meilleures conditions les interlocuteurs, même sous le souffle des pâles de l’hélico et les décibels de la turbine. Et puis, la confidentialité des conversations en matière de secours est parfois nécessaire, l’oreillette dans le casque apporte aussi cet avantage.

Toujours améliorer les conditions de travail

L’équipement des personnels doit évoluer et à partir du moment où ils sont exposés aux risques, il convient d’améliorer leur protection, ce qui répond aux attentes de la CRAM (Caisse Régional d’Assurance Maladie) en matière de prévention, mais aussi à celles du comité d’hygiène de sécurité et des conditions du travail. La démarche est au stade de l’étude, de l’analyse, de l’attente du retour des utilisateurs ; après cela, un bilan sera fait et si besoin, des modifications seront apportés pour adapter au mieux, ce nouvel outil en fonction des souhaits du personnel. « Il faut s’attendre à ce que ce matériel équipe prochainement beaucoup de professionnels en station et en ce domaine, on préfère anticiper et participer au développement et à l’adaptation du produit. On entre dans une progression logique de l’implication de chacun dans la prévention des accidents » ajoute le directeur des pistes.

Casque + radio + micro déporté : Le pisteur secouriste n’a qu’à raccorder son casque sur le micro déporté du poste radio