Emilie Favre : « Je n’ai rien vu »

mercredi 15 mars 2006.
 
« C’est la concurrente qui était devant moi qui m’a informée qu’une avalanche venait de se produire et que l’on ne pouvait pas continuer, mais je n’ai rien vu sur le moment ». Emilie, la nouvelle championne du monde de ski alpinisme évalue à environ 300 m l’avalanche provoquée par une plaque avec un vent estimé à 130 km heure. « On nous a demandé de descendre aussitôt afin de vérifier que tout le monde était bien présent ». De son côté André Favre précise que chaque concurrent était équipé d’un Arva et d’une sonde, que les recherches se sont engagées immédiatement avec les entraîneurs puis les secours présents sur l’épreuve. Nous avons appris par ailleurs que Sébastien Vernaz-Piemont n’était plus à Cunéo, il était rentré de la veille. La délégation française du Chablais est repartie dès 15 h 30 pour rejoindre leurs familles. « J’ai eu plus d’une cinquantaine d’appels téléphoniques » ajoutera André Favre avant de reprendre la route.