Bonnevaux privée de subvention pour une raison un peu opaque...

lundi 16 janvier 2006.
 

Réaction de Nicolas RUBIN sur www.nicolasrubin.com

J’ai pris connaissance de l’article paru dans le journal Le FAUCIGNY daté du 12 janvier 2005 et titré "Roland Cettour-Cave se rebiffe".

Je voudrais tout d’abord adresser mon modeste et entier soutien à Mr Roland Cettour-Cave, Maire de Bonnevaux concernant ce dossier.

L’origine de cet article étant le mécontentement du Maire de Bonnevaux suite à la suppression par le conseiller général, d’une subvention de 25 000 € initialement promise dans le cadre de la répartition des crédits cantonalisés dont le montant est calculé par canton en fonction du nombre d’habitants.

Pour justifier cette suppression, le conseiller général précise :"J’ai repris le dossier pour voir ce qu’il voulait faire de cet argent. je me suis apperçu que la commune de Bonnevaux demande des subventions pour construire une route et viabiliser des terrains destinés à des privés. Il leur a amené l’eau, l’électricité, l’éclairage public. Or moi, je suis défenseur de l’argent public. Je le donne uniquement pour l’intérêt commun"

Mr le Maire de Bonnevaux répond à cet argument de la façon suivante :" Il faut savoir que l’on manque de résidences principales pour les jeunes du pays qui ne peuvent plus vivre en haut à Châtel ou à La Chapelle d’Abondance. La commune a donc acheté 5000 m2 de terrain qu’elle a viabilisé dans le but de revendre des parcelles aux jeunes couples de la région" et Mr le Maire de préciser :" les routes pour faire venir les résidences principales sont un coup de pouce nécessaire pour revitaliser le village....la route que j’ai goudronnée cette année rentre dans le cadre des subventions..."L’argument du conseiller général n’étant que "prétexte".

"Pretexte" puisque selon le Maire de Bonnevaux, Mr Bel est à titre personnel, en conflit avec la commune de Bonnevaux pour changement de destination de bâtiment sans autorisation de la mairie. Dossier transmis au service de contentieux de la Direction Départementale de l’Equipement. "Une inspectrice des impôts s’est rendu sur place pour vérifier l’avancement des travaux. Et s’appercevoir que la surface habitable avait été légèrement sous-évaluée par le propriétaire. D’ou une petite augmentation de la taxe foncière" "Le conseiller général n’est pas au dessus des lois" précise Roland Cettour-Cave.

Après ce rappel des grandes lignes de cet article, la décision du conseiller Général de supprimer l’aide pourtant promise à Bonnevaux et selon la raison évoquée, relève d’une forme d’ingérence envers les choix politique des élus de Bonnevaux dans la gestion de leur commune.

Il faut saluer, l’intérêt et le regard que porte aujourd’hui cette petite commune sur le logement destiné aux gens du pays dont les capacités financières sont bien en deça de celle d’autres acquéreurs européens.Rares sont les communes qui anticipent et penses à eux et mettent en place des actions concrètes.

Lors de la campagne des cantonales 2004, Mr le Maire de Bonnevaux m’a reçu en mairie après que je lui en ai fait la demande.J’ai été très bien accueilli comme tous les candidats qui ont fait la même démarche. J’ai pu prendre connaissance des difficultés rencontrées par le passé par cette commune. Son retour à une situation financière saine, démontre les qualités de gestionnaires de son maire et l’engagement des élus à ses côtés. Intègre, entier et droit, il se soucis de l’avenir de son village entre autres, par des efforts faits en direction de l’accueil de futurs résidents, indispensable au bon équilibre d’une commune.

Cette "sanction" infligée à la commune de Bonnevaux par le conseiller général Bel, qui met en avant une raison non valable à mes yeux, pénalise une petite commune et surtout ses habitants au delà de l’attaque dirigée, comme on l’a compris, sur la personne de Mr le Maire.

Celui qui se dit "défenseur de l’argent public" n’hésite pas un instant, à se servir de ce même argent public pour régler des comptes personnels et se venger des remarques et procédures engagées contre lui par la commune de Bonnevaux dans le cadre du non respect du code de l’urbanisme.

"Faite ce que je dis et non ce que je fais", semble traduire ce comportement peu adapté aux rôles et missions du conseiller général.

Je ne cautionne en rien cette façon d’agir et le fait de redistribuer la somme promise à Bonnevaux à Vacheresse et Abondance n’est pas non plus une raison valable, puisque ces communes peuvent bénéficier d’aides exceptionnelles en attendant leur classement en "catrastrophe naturelle" suite aux évenements climatiques de l’été 2005.

Voila une bien sombre autre façon de masquer la vraie raison de cet agissement.

Nicolas RUBIN