Raymond ECOEUR salut la douane suisse !

vendredi 9 décembre 2005.
 

Après 38 ans au sein du Corps des gardes frontières, le Sergent Major Ecoeur ne dira plus « avez-vous quelque chose à déclarer » ? L’heure de la retraite a sonné pour cet homme de terrain, dernier chef de poste de la douane de Morgins avant la réorganisation prochaine des services. Entré au Corps des gardes frontières en 1968, Raymond Ecoeur occupera différents postes notamment au Châtelard, à l’hospice du Grand Saint Bernard, Martigny, Ulrichen et au Tunnel du Grand St Bernard avant d’arriver à Morgins pour 18 années ! A la veille de son départ, Raymond Ecoeur précise : « j’ai une pensée toute particulière pour mes nombreux collègues sauvagement tués dans l’exercice de leur fonction par des personnes sans scrupule ». Début décembre, il saluera une dernière fois l’administration et ses collègues qu’il considère comme sa deuxième famille. Valaisans et Haut- savoyards reconnaissent en lui un homme sympathique, convivial, voué d’un sens de l’humour très apprécié. Ses compétences professionnelles et sa droiture lui ont valu d’intervenir et participer à l’élucidation de nombreuses affaires. Il se dit « heureux d’avoir pu pratiquer son métier dans cet environnement » qu’il aime et dont il ne dit que du bien de ce domaine skiable souvent avec le qualificatif de fabuleux !

Raymond Ecoeur prévoit de revenir aux sources de sa vie, s’occuper de ses génisses, pratiquer encore et toujours la montagne et avoue qu’il aura toujours plaisir à partager le verre de l’amitié avec ses nombreuses relations. Il terminera cependant sa mission avec un regret : ne plus voir le sourire des frontalières, et une satisfaction, celle de savoir que son fils Yannick suit les traces de son père aux côtés des 1800 agents du corps des gardes frontières !

(JPEG)