Que pensez-vous du manque de permanence médicale en vallée d’Abondance ?

lundi 14 novembre 2005.
 

ref question : BA 141105

Le manque de permanence médicale en vallée d’abondance est bien évidemment une situation pour laquelle il faudra trouver rapidement une solution. Si le problème ne se pose pas en saison hivernale, ou l’activité touristique impose aux médecins une présence quasi continue en journée, en saison la nuit après 22h00, tous les appels sont dirigés vers le centre 15. Hors saison, nuit et jour, il arrive souvent de ne pouvoir obtenir une consultation. Ce déficit ne doit pas attendre "l’irréparable" pour être solutionné. J’entends par là, qu’un jour viendra, ou l’absence d’un médecin sur une intervention pourrait avoir de grave conséquence... La solution qui me paraît le plus envisageable, tient sur un regroupement professionnel, un cabinet médical voué a répondre 24h/24 aux besoins de santé publique de notre vallée. Bien évidemment, le SAMU Centre 15 continuera à jouer son rôle de régulateur et en fonction de la gravité, il analysera, déterminera et orientera les moyens nécessaires. Les communes doivent être le "maître d’ouvrage" de ce regroupement, via le syndicat intercommunal, en accord avec les professionnels médecins, si eux, sont prêts à travailler sous le même toit ! Il y aura des concessions à faire par chacun, mais la santé publique ne mérite-t-elle pas un regard particulier et n’a-t-on pas le droit d’être secouru en montagne ou en milieu rural dans les mêmes délais qu’en ville ? A ce jour, il faut aussi comprendre que les médecins sont des hommes et ont une vie de famille et ne peuvent de ce fait être constamment en service. La présence de médecin sur une amplitude importante, éviterait le désengagement des véhicules sanitaires d’urgence des sapeurs pompiers, souvent obligés de quitter le secteur pour des cas qui ne nécessitent pas forcément un transfert sur un centre hospitalier et cela, au détriment des besoins d’urgence sur la vallée. On ne compte pas non plus, les frais engagés par l’envoi d’ambulance de thonon, pour transférer sur le centre hospitalier, des cas de figure qui en l’absence de permanence médicale, n’ont pas d’autres solutions que d’être vus par un médecin des urgences de l’hôpital. Une possibilité est aussi envisageable, celle d’accroître les accords transfrontaliers avec nos voisins suisses. L’urgence n’a pas de frontière et comme les accords passés entre les SDIS 74 et SIS Suisse pour la lutte contre les incendies, l’assistance médicale pourrait faire l’objet d’un pareil partenariat qui existe certes, mais fébrilement encore.

En résumé, la santé publique est un problème prioritaire pour notre vallée. La préfecture et les élus locaux doivent à mon avis se pencher rapidement sur la question et trouver des solutions à court terme. Souvent la presse a relatée un manque de permanence médicale suite à des interventions d’urgence. Il faut en moyenne plus de 45 mn pour une équipe du Service Mobile d’Urgence et de Réanimation (SMUR) pour intervenir dans notre vallée. Des réunions provoquées par certains élus ont déjà eu lieu et l’impression ressentie, c’est qu’au lendemain de telle rencontre, rien ne change, rien ne bouge, comme si ces réunions étaient faites pour rassurer chacun des intervenants. Personne n’est à l’abri d’un accident et encore une fois n’attendons pas "l’irréparable" pour agir.

Nicolas RUBIN