Une voiture percute des clients sur la terrasse du café

mardi 17 septembre 2002.
 
C’est en plein coeur du village d’Abondance que s’est produit mercredi à 17 h 45 un accident qui aurait pu avoir des conséquences dramatiques. Le conducteur d’un véhicule Volskwagen garé devant le café de la place a dû confondre marche arrière et première ; la voiture fit des soubressauts, percuta un poteau soutenant l’avancée de la terrasse et un vacancier en fauteuil roulant fut projeté et blessé à la jambe droite. Une dizaine d’autres personnes étaient également assises à la terrasse, elles venaient de s’installer et, par chance, ne furent pas atteintes ; elles avaient remarqué un comportement bizarre de l’automobiliste, certains avaient même dit tout haut "On ferait mieux de lui prendre ses clés, il ne va pas conduire comme cela". Ils avaient raison car quelques minuutes après la voiture était dans la terrasse, quelques vacanciers ont juste eu le temps de s’écarter. Le conducteur fut bloqué par le poteau et c’est le mur du café qui arrêta la voiture. Le blessé, Charles Favre, 68 ans, domicilié à Charenton (94) en résidence aux Campanules à Abondance fut transporté par les Sapeurs Pompiers au cabinet du Docteur Pelloux et a pu rejoindre son lieu d’hébergement dans la soirée.Le fauteuils est inutilisable. Les gendarmes du P.S.I.G. de Thonon présents à la brigade d’Abondance sont intervenus sur les lieux pendant que leurs collègues d’Abondance devaient effectuer les constats d’usage. Le conducteur, l’ancien Conseiller Général, François Blanc, âgé de 84 ans, domicilié à Abondance, soutenu par deux gendarmes, fut conduit à la brigade pour audition ; l’alcooltest s’étant révélé positif une prise de sang a été pratiquée, les résultats parviendront dans quelques jours aux enquêteurs. Sur les lieux, c’était l’émotion ; la place du village d’Abondance a la particularité d’être fréquentée et animée, et les commentaires allaient bon train. Ce qui revenait dans les propos des uns et des autres "doit-on laisser encore des gens, conduire à cet âge, sans contrôle médical ou autres". Ceux qui étaient à proximité étaient touchés et émus par l’accident qui s’est produit sous leurs yeux estimant qu’il aurait pu être plus dramatique.