L’association nationale des chasseurs de montagne s’est réunie en vallée d’Abondance

jeudi 14 juillet 2005.
 

C’est à l’invitation de la fédération départementale des chasseurs de Haute-Savoie que s’est tenue samedi matin à La Chapelle d’Abondance, l’assemblée générale de l’association nationale des chasseurs de montagne regroupant sur le territoire 26 fédérations départementales. L’assistance attentive, composée des représentants des différents massifs montagneux et des associations de chasse de la vallée, restait à l’écoute du président Bernard Baudin qui rappela les objectifs de l’association : promouvoir une étique cynégétique à chaque espèce de gibier de montagne, collaborer à la protection du milieu montagnard tout en luttant contre toute agression ou exploitation et toutes formes de braconnage. Le président souligna les nouvelles relations qui se sont établies avec le monde associatif de la chasse et situa la place de l’office national. Pascal Bel conseiller général et président cantonal de la société de chasse devait faire une présentation à l’aide de la vidéo de la réserve du Mont-de-Grange située sur 3000 hectares et riche d’une population d’environ 520 tétras lyre, 100 mouflons de Corse, 200 cerfs et 600 chamois. Il fit l’historique des origines de cette réserve créée en 1961 grâce à l’initiative des chasseurs locaux. Au cours des exposés il fut question de la revalorisation de l’image Galliforme, mais aussi des dossiers sensibles : la forte densité des parcs, la nécessité d’avoir une réflexion dans cette rencontre d’assemblée générale sur la façon de gérer la grande faune, loup, ours, lynx. La diversité des acteurs présents apportait à l’assistance des éléments de réflexion sur les événements connus et surtout sur les dégâts occasionnés. S’il reste un grand problème sur le plan quantitatif il n’empêche que des actions se mettent en place en liaison avec les différents partenaires ainsi que les bergers et chasseurs et la mise en place de zone de présence permanente, de structure scientifique de haut niveau. Il fut évoqué le suivi démographique de la gélinotte dont on enregistre une disparition ou encore une régression dans les secteurs nord-est et une extension vers le sud. Le cri d’alarme fut lancé une nouvelle fois par le président de la Haute-Savoie sur l’espèce du bouquetin une population de 12 000 têtes répertoriées, entre 250 et 300 dans certains départements contre 7 à 8 000 en Savoie et Haute-Savoie. Pour ce dossier préoccupant comme pour les autres le président Baudin déclara qu’il y avait nécessité d’impliquer les parlementaires. En clôturant cette séance de travail le président national rappela qu’il souhaitait passer la main l’année prochaine. Il devait dire "qu’il considérait les travaux de cette matinée très riches" et salua l’assistance ainsi que les différents intervenants pour la qualité des débats.

(JPEG)