Carnet de deuil : Régis David

lundi 13 juin 2005.
 

C’est avec beaucoup d’émotion et de tristesse que la famille, les amis, les collègues de travail et les sapeurs pompiers, ont appris la disparition, à 59 ans, de Régis David qui s’en est allé après avoir été admis à l’hôpital. Sa carrière professionnelle avait débuté dans les alpages pour rejoindre Paris en 1971, année de son mariage avec sa Christiane. Ensemble ils resteront dans la capitale douze années durant lesquelles le foyer familial s’agrandit avec les naissances d’Emmanuel et de Guillaume. En 1983, la famille revient en vallée d’Abondance et Régis réintégrera son poste à la commune de Châtel pour devenir le « monsieur service des eaux » d’un village sans cesse grandissant et dont la multiplicité des réseaux d’eaux n’avait plus de secret pour lui. Voué d’une conscience professionnelle et d’une connaissance parfaite des réseaux, Régis connaissait avec une extrême précision, l’emplacement des canalisations, des vannes et de l’ensemble des accessoires ce qui le rendait fort efficace lors de la gestion des travaux, des pannes et des fuites sur les installations.

Son implication aux services des autres, il la fera en intégrant le corps des sapeurs pompiers de Châtel où, là encore, il interviendra à de nombreuses reprises pour porter secours et participer à la lutte contre les incendies. A quelques semaines de la retraite, Régis avait bon nombre de projets et notamment celui de se rendre dans son chalet de Pertuis où il aimait y aller bricoler.

Dans le recueillement, c’est une foule particulièrement nombreuse qui a accompagné Régis dans son dernier voyage. A son épouse Christiane, ses enfants, sa sœur jumelle Marie-Claude, sa famille, ses amis, nous adressons nos sincères condoléances.

(JPEG)