Une première foire aux abeilles très "humide"

mardi 20 août 2002.
 
Ils on tenté l’expérience d’organiser au chef-lieu du canton de la Vallée d’Abondance une foire "aux abeilles", la première du nombre, parce qu’ils sont des passionnés, qu’ils aiment la nature, et aussi le produit véridique "du miel" .S’il existe des professionnels, il y a aussi tous les amateurs épris eux aussi des richesses de nos montagnes, les fleurs, les abeilles, les ruches. Ce week-end ils furent des pionniers à mettre en place cette foire, malgré la pluie, du jamais vu à cette période, du moins en telle quantité. Et pourtant la fête était annoncée, il fallait honorer quelque soit le temps les engagements ; des professionnels sont venus, Jeannot Blanc de Richebourg avait confectionné spécialement un bassin, l’association Echange loisirs d’Abondance était présente avec son stand, ainsi que Charles Girard-Berthet un sculpteur de colombes. Les responsables avaient prévu un grand jeu pour les enfants au centre de la fête, mais la pluie, toujours la pluie..... Il aurait été plus facile de ne rien faire, là ce n’était pas compté sur la volonté d’engagement des organisateurs, qui se devaient d’être présents, au froid. Puis si le soleil n’était pas présent il y eut ce mouvement continuel des vacanciers, car n’oublions pas qu’ils sont là à la recherche d’une animation, d’une curiosité, d’un savoir faire ; le mauvais temps étant c’est aussi une autre conversation que l’on tient, les visiteurs sont même reconnaissants et ils posent des questions, on prend la temps de goûter, enfin on redécouvre une saveur, un produit le miel. "Dès le samedi soir mes collègues professionnels m’ont dit "il faut ouvrir dimanche" nous explique Philippe Isnard à l’initiative du projet, les échos sont excellents, une vente correcte des produits, des publics sensibilisés par les deux excellents films et des gens qui se manifestent parce qu’ils ont appris quelque chose, n’est ce pas là une richesse, de plus ? Il est certes vrai que la commune manque de structure d’accueil, la grange aura été une solution de secours pour les vidéos, lieu où il fallut ajouter des bancs. Il faudra un jour s’interroger sur la nécessité d’ouvrir des lieux existants, quand la météo n’est pas favorable, afin que les vacanciers qui ont choisi la Vallée profitent au mieux des connaissances de ceux qui nous entourent. Puis il y a ceux qui sont venus pour voir et qui incitent les responsables à continuer : "l’année prochaine nous serons avec vous" déclarent-ils car ils savent qu’autour de l’abeille on peut rassembler d’autres corps de métiers. Est-ce la naissance d’une nouvelle foire à Abondance ? l’avenir nous le dira, mais au moins des hommes et des femmes auront le mérite d’y avoir fait la tentative. Les amateurs furent nombreux venant de Chamonix, Annemasse, Annecy, etc... relayés par notre journal le Dauphiné-Libéré et les rédactionnels que nous avons consacrés à cette première foire. On aurait pu s’attendre à ce que les ruches soient plus bourdonnantes, mais là aussi il aurait fallut une meilleure températures pour que les abeilles (ou visiteurs) soient plus nombreux, afin d’apprécier la qualité du miel, en Vallée d’Abondance .