L’avenir du domaine skiable

jeudi 3 février 2005.
 

L’avenir du domaine skiable : cause de préoccupation au chef-lieu de canton

Les séances des conseils municipaux en généralité ne passionnent pas les citoyens. Il y a parfois des exceptions comme la venue, dans la dernière réunion publique d’Abondance, d’une vingtaine de commerçants, artisans, loueurs qui s’étaient invités pour entendre débattre d’un projet de convention entre le conseil général, le syndicat intercommunal et les communes de Châtel et La Chapelle d’Abondance. Le maire Serge Cettour-Meunier, avant que l’assemblée municipale ne débatte du futur contrat d’objectif de la vallée d’Abondance, a proposé à ses collègues de permettre aux personnes présentes de s’exprimer. L’unanimité s’est faite pour attirer l’attention des élus sur la gravité de la signature d’un contrat qui préconise le dimensionnement et le démontage sur une période estimée à 6/8 ans du domaine de l’Essert, pour s’étonner d’une démarche intercommunale qui abandonnerait une commune pour développer deux stations voisines. Les coûts de redimensionnement n’échappent à personne : 64 000 € HT pour les frais d’études et d’expertises subventionnés à 60 % par le conseil général, de l’embauche d’un chargé de mission pour lequel le conseil général finance sur la base de 136 000 € soit 60% ; les travaux d’aménagement adaptés sont évalués à 400 000 € HT financés à 20 % par le conseil général et 20% par le conseil régional. « Ce qui me met en colère c’est qu’ils nous parlent sans arrêt d’un syndicat intercommunal, il faut logiquement que l’on fasse tout ensemble, que l’on soit hyper solidaires, et là, ils nous prouvent le contraire » nous déclare l’un des commerçants, avant d’ajouter « il est vrai que l’on nous propose de continuer de jouer la carte de village de neige avec à court terme une valorisation des atouts patrimoniaux par le biais du pays d’Art et d’Histoire ». Cette présence et ce débat ont quelque peu bousculé l’ordre du jour du conseil qui dût se réunir à nouveau quelques jours plus tard pour délibérer.

Le conseil municipal demande une modification du cahier des charges

« Nous avons comme nos collègues des conseils municipaux de Châtel et La Chapelle d’Abondance émis un avis favorable pour l’embauche d’un chargé de mission, qui devra aboutir à la présentation en juin d’un contrat d’objectif à l’ensemble des partenaires et signature entre le conseil général et les communes. Nous avons sollicité une demande de modification du cahier des charges et de réétudier les objectifs de redimensionnement et du démontage. Nous demandons qu’une étude plus approfondie soit faite, celle qui nous a été présentée est incomplète à notre sens. Nous demandons également une étude financière de la commune, cela est déjà entendu avec le conseil général comme cela s’est produit pour La Chapelle d’Abondance ; au vue de ces nouveaux éléments nous informerons la population de l’avenir de notre station » précise le maire avant d’ajouter « Il y a vingt ans que cela dure cette histoire qui jusqu’ici n’a pas été trop divulguée ; il faut savoir qu’avec nos remontées mécaniques on arrive tout juste avec le chiffre d’affaire à payer le fonctionnement et les salaires du personnel, le reste étant à la charge du budget principal de la commune. » Pour le maire et le conseil municipal il ne peut être question de tout supporter, il y a d’autres infrastructures comme les routes à entretenir et bien d’autres travaux à exécuter. Il n’échappe pas au maire que la situation évoluera avec les années selon la présence de la neige et la durée de fonctionnement de la télécabine. Et puis il y a l’éternelle question de la vraie motivation de certains habitants d’Abondance à faire avancer les choses. Une affaire dont on a pas fini de reparler dans les mois qui viennent, mais qui est quand même un cadeau empoisonné pour ceux qui ont à gérer la station.