les pompiers effectuent un exercice hors village à Plaine Dranse

jeudi 20 janvier 2005.
 

Les pompiers du centre de secours de Châtel privilégient chaque année lors des exercices mensuels un lieu hors du village ; ce fut à un moment Super-Châtel, et puis dimanche dernier c’est la zone de Plaine Dranse qui a été retenue. A 7 h 30, une équipe composée du chef de centre, de ses principaux adjoints, au total 7 hommes au départ, dont deux de l’équipe volante en renfort l’hiver, l’un de Chens sur Léman, l’autre de la Forclaz ; tous deux se disent ravis de participer à cet exercice car ils vont participer en même temps à un travail particulier. Arrivées au parking de Pré la Joux, deux chenillettes sont prêtes à embarquer les dévidoirs transportant les tuyaux représentant un poids de 250 kg, Dans la station un aménagement a été apporté afin d’amarrer le dévidoir à l’avant de la lame. Le hameau de Plaine Dranse n’est pas habitable la nuit durant l’hiver par arrêté municipal, il accueille neuf établissements de restauration de jour. Les personnels de secours ne sont pas dupes, ils savent parfaitement que si un incendie se déclarait cela risquerait de toucher plusieurs chalets. La mission, lorsqu’elle est déclarée, est transmise au directeur des pistes afin qu’ils mettent en place des équipes de conducteurs de dameuses, des pisteurs secouristes, des personnels spécialisés de la neige de culture pour l’alimentation en eau des lances à incendie. « Il ne faut pas moins de 30 à 35 minutes pour intervenir sur un sinistre et à condition que les personnels de l’exploitant des domaines skiables qui est la société d’économie mixte soient en place dans un temps record » nous précise le chef de centre.

Former et entraîner les volontaires à toutes éventualités

L’exercice se poursuit avec explication sur les actions, le branchement d’un tuyau de 20 m sur les hydrants du réseau neige alimenté par une petite retenue d’eau en contrebas, un réducteur permet de régler les pressions des deux lances qui seront mises en batterie. « Sur zone nous avons trois hydrants qui nous permettent de nous raccorder et de couvrir en eau pour la défense incendie tout le secteur de Plaine Dranse » ajoute Jean-Luc Vuarand qui connaît les risques de ces types d’unités de lieux de restauration, et surtout des conditions atmosphériques qui peuvent faire évoluer les événements. « Nous nous attachons à ces scénarios de lutte contre les éventuels feux en espérant n’avoir jamais à intervenir réellement ». Cet exercice s’est déroulé aux heures où le domaine skiable ne fonctionne pas pour ne pas gêner les activités des vacanciers, mais il est nécessaire de signaler que les hommes et femmes s’entraînent, se forment, pour être performants dans la technique et l’usage des matériels. Et c’est en chenillettes que les matériels et hommes ont retrouvé leur camion rouge et une synthèse au casernement.

(JPEG)
(JPEG)