Jérôme l’enfant de Châtel devient pilote de chasse

jeudi 9 décembre 2004.
 

Un rêve de gamin devenu une passion

Second d’une famille de six enfants, Jérôme Thoule, né en mars 1981 est le fils de Philippe l’actuel maire de Châtel et de Marie-Jo la maîtresse de maison du camping l’Oustalet de la station. Comme tous les enfants, il avait, dès son entrée à l’école communale, un rêve. Pour lui c’était devenir pilote de chasse. « Durant ma scolarité j’étais un élève qui se situait simplement dans la moyenne tout en étant travailleur, donc beaucoup de professeurs me « freinaient » dans mon orientation parce qu’ils étaient tout simplement persuadés qu’il fallait être bon en maths pour réussir dans cette voie, ce qui n’était pas forcément mon cas » reconnaît Jérôme qui, à l’époque du lycée a effectué trois stages d’initiation aéronautique à l’aéroclub d’Annemasse en guise de job, tout en effectuant des travaux d’entretien des avions, une motivation récompensée par des heures de vols sur des appareils type Robin DR400. « C’est ainsi que j’ai passé mon brevet de base de pilote, ce qui m’a permis de voler seul dès l’âge de 17 ans » se plait à préciser celui qui reste attaché à sa ville où il est moniteur stagiaire de l’ESF, batteur dans l’harmonie municipale, passionné de montagne et pratique le tennis et la randonnée. Après des études et un bac (2 années Deug STAPS fac de sport à Chambéry), une façon de se donner le temps de mûrir avant de se lancer dans les sélections pour devenir pilote dans l’Armée de l’air comme lui avait conseillé un pilote chevronné. Il se porte candidat élève officier du personnel navigant (EOPN) fin 2000, en mars 2001 il effectue une semaine de sélection au sol pour passer les tests psychotechniques qui font travailler une certaine logique d’esprit, des tests psychomoteurs, des épreuves sportives, des tests d’anglais et deux entretiens face à un psychologue et à des officiers pilotes pour appréhender les motivations.

Premiers vols en place arrière sur Mirage et Jaguar

Une semaine intense qui enregistre de très nombreux échecs pour les candidats, suivie d’une visite médicale éliminatoire où les yeux et le cœur font l’objet d’une très grande attention. En août 2001 c’est le départ pour cinq semaines de sélections en vol à Cognac sur un avion TB30 EPSILON (300 ch) et la vérification des capacités à reproduire les mouvements dans l’espace lors des exercices de voltige et les acquis de pilotage. « L’expérience obtenue dans le civil m’a rendu un gros service au point de vue de l’aisance en vol » ajoute t’il. Retenu pour être pilote, il est dirigé ensuite pour une durée de sept mois à l’école de formation des officiers de Salon de Provence où il conserve d’excellents souvenirs des sauts en parachutes, des stages de survie en pleine nature ou de motivation en escadron opérationnel où il a pu pour la première fois voler en place arrière sur un MIRAGE 2000 et JAGUAR. Et d’ajouter « J’en garde un souvenir exceptionnel car c’est la première fois que je ressentais autant de sensations lors d’un vol, il fallait avoir le cœur bien accroché ». Nouveau stage cette fois au centre d’instruction sol du personnel navigant (CISPN) qui forme au brevet de pilote de ligne théorique, en six mois. En janvier 2003 débute pour Jérôme sa formation de pilote à l’école de pilotage de l’Armée de l’air à Cognac sur TB30 Epsillon où il assure 90 heures de vol : voltige, navigation basse altitude, vol de nuit, en patrouille sur des avions de type d’avion à turbopropulseur (hélice). Orienté « chasse », le Châtellan se rendra à la division des vols de Salon de Provence sur T27 Tucano, avion d’entraînement brésilien à turbine de 750 ch où il accomplira en pré spécialisation chasse 70 heures de vol.

Le statut d’officier pilote avec le grade d’aspirant

Depuis mai dernier Jérôme Thoule est basé à l école de l’aviation de chasse à Tours et se retrouve sur Alphajet (avion bi-réacteur d’entraînement utilisé par la patrouille de France, pouvant atteindre 900 km/h en basse altitude). « Mon rêve d’enfant s’est en partie réalisé à ce moment, piloter un avion de chasse en solo » déclare celui qui après 80 heures de vol sur Alphajet, 250 heures de vol militaire cumulées, de nombreux tests, obtient son brevet de pilote de chasse qui lui a demandé beaucoup de travail, de volonté, de sacrifice, de rigueur, mais surtout beaucoup de passion. La cérémonie de remise du brevet de pilote de chasse de la promotion SC 04B de Jérôme se fera en présence de ses parents le mardi 30 septembre à la base de Tours où il sera nommé aspirant et passera ainsi au statut d’officier de l’Armée de l’air. Dès janvier il rejoindra la base de Cazaux pour suivre une formation de pilote de combat, ensuite il sera affecté à un escadron de chasse pour voler sur Mirage 2000, Mirage F1 et il espère sur le Rafale. Pour Jérôme Thoule « ces vols me procurent de très fortes sensations aussi bien physiques qu’émotionnelles, sensations que l’on retrouve nulle part ailleurs ». Il n’empêche que ce jeune homme sait rester humble, qu’il continue à partager ses loisirs avec ses amis de l’Echo alpin comme dimanche dernier où il participait en qualité de batteur à la Sainte Cécile, ou aux activités sportives et de loisirs de la station de Châtel qui l’a vu grandir. « Mon souhait actuel serait d’effectuer une carrière des plus profitables dans l’Armée de l’air, pour ensuite, pourquoi pas, me reconvertir dans le civil comme pilote d’hélicoptère pour pouvoir continuer à vivre ma passion de l’aéronautique dans les Alpes, où le cadre reste pour moi inégalable. »

(JPEG)