Il y a 10 ans disparaissait « Le Boutiou » de Châtel

mercredi 25 août 2004.
 

Trois adultes et deux fillettes périssaient dans un crash d’avion

Dans la station de Châtel personne n’a oublié le drame qui s’est joué le 14 août 1994 dans le massif du Grand Paradis où l’avion bellanca, un monomoteur de 250 chevaux piloté par Raoul Olivier de Houdain dans le Pas de Calais, s’est écrasé avec à son bord, Auguste Bedoni architecte d’Evian accompagné de sa fille Laurie et une amie de celle-ci de nationalité Russe en vacances dans la région, puis Max Bochaton de Châtel. Celui que l’on appelait affectueusement « Le Boutiou » était très populaire et unanimement estimé. « Max était toujours prêt à rendre service et à donner un coup de main à l’office du tourisme de Châtel il était l’homme des relations publiques, qui devenait l’ami de tous ceux qui le côtoyait. Il respirait la joie de vivre, exhalait les parfums de la franchise et de la générosité » écrivait dans nos colonnes du Dauphiné le 17 août 1994 Yvon Chaloyard. Max Bochaton, originaire de Larringes, avait largement participé à la vie locale du village où il fut membre actif du club de football. A Châtel il était moniteur de ski puis entraîneur au ski club. « Un homme entreprenant » dira- t’on encore de lui quand il ouvrit le restaurant authentique « Le vieux four » ou quand il construisit l’hôtel Améthyste. Ses amis se souviennent de son sourire, sa barbe légendaire, son regard pétillant d’intelligence, celui que l’on était heureux d’avoir comme copain ou ami. Pour le dixième anniversaire de la disparition du « Boutiou » une messe sera célébrée par le Diacre Daniel Lebrasseur le mardi 17 août à 19 h 15 à la Chapelle de Plaine-Dranse, un lieu qu’il affectionnait particulièrement.

(JPEG)