Quel avenir pour les stations d’Abondance et de la Chapelle d’Abondance ?

mercredi 30 juin 2004.
 

Les trois conseils municipaux réunis pour en débattre

C’est en la salle des fêtes de La Chapelle d’Abondance que vient de se tenir une importante réunion regroupant les conseils municipaux des trois stations du haut de la vallée, avec une belle représentation de celui de La Chapelle et des effectifs réduits pour Abondance et Châtel (moins concerné par la question). Comme de nombreuses stations de ski, Abondance et La Chapelle d’Abondance sont confrontées à des difficultés de gestion et d’exploitation de leurs remontées mécaniques ; une situation préoccupante qui se dégrade de plus en plus malgré un enneigement correct : vétusté des installations, suppressions des classes de neige, stagnation des recettes, normes de sécurité de plus en plus contraignantes, nouvelles exigences des clientèles. Conscients de ces problèmes majeurs, les conseils municipaux ont amorcé des réflexions depuis la saison 2002. Au printemps 2003, le syndicat à la carte, à l’écoute des difficultés des deux communes a inscrit une réflexion globale sur l’offre « ski dans la vallée » dans le cadre d’un plan Etat-Région. Maurice David-Rogeat, président du Syndicat intercommunal, et les trois maires sont venus présenter les résultats du diagnostic, en présence des conseillers généraux Pascal Bel et Denis Bouchet. « Vous vous posez certainement la question de savoir pourquoi c’est le syndicat qui porte une telle réflexion alors qu’il n’a pas la compétence pour intervenir sur les remontées mécaniques des communes. Les communes ont souhaité l’inscrire au contrat de station de moyenne montagne, procédure suivie par le SICVA, car l’offre de ski dépasse le cadre strict des communes et relève de l’aménagement du territoire à une échelle élargie et intercommunale » devait préciser le président du syndicat.

Un manque de coordination à l’échelle de la Vallée

Olivier Mermillod de la société Dianège présenta de façon synthétique les principaux résultats de ses travaux faisant ressortir les grandes disparités en matière technique, économique, d’organisation et de management, de commercialisation et communication, ce que chacun connaissait dans l’assistance, mais aussi sur des besoins de coordination pour : recrutement, formation et information, les achats, la veille technologique et les plans de secours, mais aussi sur l’image de l’offre ski, le montage des produits touristiques, communication, structures de commercialisation, observatoire, enquête etc... Denis Bouchet rappela les actions du conseil général dans le domaine des stations de moyenne montagne ; avec Pascal Bel ils ont assuré les conseils municipaux de leur soutien, mais encore faut-il qu’ils fassent connaître leurs positions, leurs souhaits.

Bernard Lebert de l’A.T.D. présenta à son tour les contrats d’objectifs du conseil général et des modalités de mise en œuvre, un certain nombre de réflexions issues du travail et des entretiens qui ont été menés jusqu’ici. Il devait préciser qu’une démarche « tout hiver » n’était pas une piste d’avenir, qu’il fallait maintenir le niveau de son ski hiver et de valoriser son offre hors ski, hors saison et été. « La Vallée, riche de ses villages et hameaux, son agriculture, doit veiller à maintenir la qualité de son environnement et de son paysage et à bien maîtriser l’urbanisme, la circulation ». Il fut question de la redéfinition des missions des trois offices de tourisme dans le cadre intercommunal.

Vers un cadre d’aménagement « Vallée »

Dans les perspectives il est indiqué les éventualités suivantes : Pour Abondance, réduire progressivement le domaine de l’Essert, conforter un domaine skiable d’animations au village, d’accompagner les évolutions en terme d’emploi et d’activités, mettre en place une démarche commerciale et proposer une offre adaptée en navettes vers les autres domaines skiables de la Vallée ; Abondance devra développer la carte « Village de Montagne ». Pour la Chapelle d’Abondance, le domaine du Crêt Béni mérite d’évoluer (enneigement, front de neige, animations), pour Braitaz il nécessite de définir une stratégie avec Châtel (Torgon- Super-Châtel). Pour Châtel il est nécessaire de conforter son domaine skiable, renforcer certains pôles (Pré la Joux) et maintenir sa place au sein des Portes du Soleil et des grandes stations françaises. Il est également proposé que Châtel apporte une aide technique appréciable aux domaines des autres communes, définir avec La Chapelle d’Abondance une stratégie vis à vis de Braitaz. Pour autant des aménagements de la vallée sont nécessaires dans les domaines d’accès de circulation, de parking, transports collectifs, traversées de villages, cheminements de piétons. Là où les avis se retrouvent dans le débat qui suivit, c’est avant tout de trouver une démarche dans le cadre de l’aménagement « Vallée » et de dépasser le temps où chacun travaille en individualiste, mais de là à voir une diminution de l’acquis au profit du voisin, ce n’est pas gagné d’avance. Les conseillers d’Abondance souhaiteraient que les projets énumérés dans cette réunion soit présentés à une séance du conseil, pour permettre d’en débattre. Les responsables ont tenu à bien préciser qu’il existait actuellement des appuis du conseil général, politiques, techniques et financiers, et qu’il ne fallait pas laisser passer ces occasions ; par ailleurs ils reconnaissent qu’il ne faut pas brusquer les choses, y aller progressivement, il y va de l’avenir des communes.

(JPEG)
(JPEG)