La société d’économie mixte locale : un pôle attractif pour la vallée

samedi 1er juin 2002.
 

Créée en février 1987, la S.E.M.L. emploie plus de 300 personnes l’hiver

Le domaine skiable de Châtel était auparavant géré en partie par la commune pour les domaines du Linga et de Pré la Joux, puis par une société privée pour "Super Châtel" construit en 1950. Cette dernière installation nécessitait d’important travaux, impossible à assurer par la société qui se trouvait en dépôt de bilan. Le conseil municipal de l’époque, soucieuse de la qualité des services, rechercha des solutions, pour uniformiser les tarifs sur l’ensemble de la station. Au bout de six mois de négociation la société économie mixte locale fut créée. Au capital de deux millions de francs (304898 €) dont 80 % de la ville et 20 % de capitauix privées, la SEML est gérée par un conseil d’administration de neuf membre, sept du Conseil Municipal et deux des instances privées. Un comité directeur assure le fonctionnement selon les décision du conseil d’administration ; il est composé du président Philippe Thoule, le maire et Daniel Rubin adjoint, Christian Ruffet, directeur général des services, chargé des relations humaines, de l’administration générale et la comptabilité, Michel Girard directeur du marketing, promotion et communication, André David directeur d’exploitation responsable de cent soixante dix personnes et de quarante et une installations (télécabines, télésièges, téléskis, télécordes), Nicolas Rubin directeur des pistes à la tête d’une équipe de plus de soixante cinq techniciens, avec le parc de chenillettes, motos ou canons à neige, etc..., avec une intervention sur 85 km de piste (14 vertes, 13 bleues, 16 rouges, 5 noires). Globalement la SEML qui est entièrement autonome, emploie l’hiver plus de 300 personnes avec les caissières et administratifs ; l’été une soixantaine sont en poste permanent pour les différents chantiers d’aménagement des pistes. "Il faut se rappeler ce qu’étaient les pistes il y a une quinzaine d’années, elles ont toutes été retravaillées, un véritable travail de romains" nous précise Christian Ruffet, avant de souligner que la SEML est compétente en matière de travaux publics ; les conducteurs de chenillettes l’hiver sont, l’été, aux commandes de bulls, camions, pelles mécaniques, etc..

Les travaux, projets d’avenir

En plus de l’entretien habituel des installations, la réfection et le gros entretien du télésiège de Barbossine, datant d’une quinzaine d’années, il n’est pas question d’arrêter l’exploitation comme certaines rumeurs ont pu se faire entendre ; après le télésiège de "Pierre Longue", c’est celui de "La Chaux des Rosées" qui va être changé, en un débrayable 6 places. Les grands chantiers sont : l’installation d’un fantasticâble d’une longueur de parcours de 1200 mètres, altitude de départ 1930 mètres et d’arrivée 1820 mètres, avec un survol maximum au-dessus de Plaine Dranse de 140 mètres, une vitesse en vol de 80 à 100 km/h, il s’agit d’une réalisation décidée par l’ancienne équipe. L’actuel conseil d’administration va ouvrir un grand projet : celui du profil de liaison entre "Super Châtel et le Linga". Autre grande décision, celle de sous-traiter l’ensemble des services des navettes avec des sociétés de transports pour la prochaine saison. "Il faut raisonner au niveau du canton, la clientèle s’échange" ajoute le directeur des services, qui tient à mettre en place une formation des saisonniers avec plan de carrière. "Nous devons avoir l’esprit d’entreprise" précise Christian Ruffet qui sait qu’en 2004 interviendra le renouvellement de la concession qui sera ouverte à la concurrence. La SEML de Châtel est le moteur emploi de la vallée ce qui fait d’elle le plus gros employeur de la Vallée. Par ailleurs elle gère aussi le parking couvert, le bob-luge, dévalkart, la piscine, la patinoire, une véritable entreprise indépendante.