Le site pilote du Haut Chablais pour une agriculture durable présente les réflexions d’une image du territoire et l’élaboration d’un plan

dimanche 14 mars 2004.
 

Le site pilote du Haut Chablais pour une agriculture durable présente les réflexions d’une image du territoire et l’élaboration d’un plan

Deux ans de mobilisation des élus, agriculteurs et représentants de la société civile, pour présenter une étude..

Le Haut Chablais aujourd’hui ?, quel territoire pour demain ? dans 20 ans ? quels sont les rôles et la place de l’agriculture dans le territoire ? autant de questions auxquelles ont tenté de répondre ces jours derniers dans la station de La Chapelle d’Abondance : Maurice David Rogeat président du syndicat de la Vallée d’Abondance, Gilles Rulland président du Sica et Alain Henry président du Sivom du Haut Chablais, en présence des maires et agriculteurs, commerçants et hôteliers de la Vallée d’Abondance. Un rappel fut fait sur le travail du site pilote d’agriculture durable du Haut Chablais d’un périmètre de 21 communes de moyenne montagne qui a identifié les problèmes d’aujourd’hui, engagé des études dont les conclusions mettent en évidence le sérieux et le réalisme pour préparer des lendemains qui chantent. Les pistes de travail innovantes répondent aux aspects agricoles mais aussi à la muti-fonctionalité d’un monde aux plans sociaux, environnementaux et économiques. Bernadette Jordan de la Chambre d’Agriculture présenta un document à l’attention des décideurs dont la finalité est de s’interroger au travers des données quantitatives et d’une approche plus qualificative sur l’avenir du territoire. Furent pris en compte le cadre rural, les intercomminalités récentes, la variété entre les communes rurales et celles à caractère touristique spécialisée, les dynastiques des populations, les activités économiques, les occupations du sol etc..

Ecrire ensemble un avenir meilleur Le président Alain Henry rendit hommage aux actions menées par les membres du comité qui se sont posés les vraies questions comme celles du foncier demain, la nécessité de maîtriser l’avenir plutôt que de le subir, analyser et anticiper le partage des valeurs ajoutées ; quel projet de territoire ambitieux !. Il insista pour réfléchir aux mutations des économies locales et aux incidences du vieillissement de la population, l’évolution comportementale des citoyens, la désocialisation et déstructuration des cultures et patrimoines ruraux. Alain Henry déclara qu’il fallait raisonner en terme de compétitivité et d’efficacité, de dépasser le poids du présent et de la politique du moment pour se positionner en réels acteurs du changement. Un débat devait s’instauré entre les différents partenaires, les élus qui souhaitent que les agriculteurs fassent connaître leurs désirs pour l’avenir, mais aussi qui invitent ceux-ci à plus de contacts « Il faut vous parler » ajoute Alain Henry, qui met l’accent afin que l’on préserve la qualité des produits, ses prix, mais aussi que l’on assouplisse les formes de location des terres, des alpages afin d’éviter les friches. Un grand pas a été franchi avec ce site pilote qui a permis la rencontre, la relation, la discussion entre des partenaires des vallées du Brevon, d’Aulps et d’Abondance, des hommes et des femmes qui réfléchissent à écrire ensemble un avenir meilleur.