Le tunnel du « Pont de l’Eglise »

samedi 6 mars 2004.
 

Le tunnel du « Pont de l’Eglise » à Reyvroz ouvrira fin juin Il desservira les vallées d’Abondance et d’Aulps

La route départementale 902 reliant Thonon aux vallées d’Abondance et d’Aulps en longeant « La Dranse » se développe dans un site de gorges avec des falaises de grandes hauteurs constituées de poudingues et de calcaire qui surplombent la chaussée . Cette route particulièrement fréquentée est une importante voie de pénétration dans le massif du Chablais et d’accès à de nombreuses stations touristiques en particulier, d’un côté Abondance, La Chapelle d’Abondance, Châtel puis la Suisse voisine, de l’autre Saint-Jean d’Aulps, Morzine, Avoriaz, Montriond, les Gets. Compte tenu des fréquentes chutes de pierres et des éboulements, le Conseil Général a fait étudier des protections pour limiter les risques puis a entrepris au fil des années des travaux de grande ampleur comme la construction du tunnel de Bioge en 1985 et les protections contre les chutes de pierres en 1996 à l’aval du pont de l’église. La zone à protéger était la falaise du pont de l’église sur une longueur de 300 mètres, par ailleurs le pont actuel a tendance à se vriller. Deux solutions furent envisagées : la rive droite en purgeant et confortant la falaise et décaler le tracé vers la Dranse, l’autre, la rive gauche avec franchissement de la Dranse sur un pont de 70 m de portée et réalisation d’une tranchée de 45 m de hauteur dans les argiles et les conglomérats.

Des élus de la vallée d’Abondance en visite

C’est la décision de remplacer par un tracé neuf cette portion sinueuse qui a été retenue ; elle représentait de meilleurs caractéristiques géométriques nécessitant toutefois deux ouvrages d’art importants : un pont mixte acier-béton de 68 mètres de portée nécessitant un recalibrage mineur de la Dranse afin de réduire l’impact hydraulique et un tunnel présentant une longueur totale couverte de 170 m environ. Le premier coup de pioche fut donné en septembre 2001, le chantier s’engagea avec des aléas dus à la nature des roches. Ces jours derniers, un grand nombre d’élus, des conseils municipaux de la vallée d’Abondance furent invités à une projection vidéo sur le suivi de ce vaste chantier avec les impératifs, les exigences et les problèmes rencontrés, et purent visiter ensuite le site en compagnie d’André Crépy conseiller général et des technicien du Conseil Général qui, sur place, ont répondu aux différentes questions des visiteurs, dont des jeunes en pré apprentissage des métiers du bâtiments de Franclens. Des élus se sont interrogés pour savoir pourquoi on avait pas entrepris plus en avant dans le temps des ouvrages du type para-avalanche sur plusieurs années. Les travaux de finitions sont entrepris : les barrières de protection du pont, les trottoirs, les étanchéités, la peinture intérieure pour une meilleure visibilité, les éclairages, la chaussé etc... des travaux qui vont prendre encore du temps. On annonce « le bout du tunnel » avec une ouverture de l’ouvrage pour fin juin. Toutefois il y aura lieu d’étudier également la roche à l’entrée du pont dont l’aspect a créé une inquiétude chez les élus présents B.A.

Quelques chiffres et précisions

Coût évalué à 17 millions d’euros.

8000 m3 du béton furent nécessaires

En 1996 le trafic était estimé sur cette partie à 5400 véhicules par jour et à 14300 véhicules par jour de pointe, correspondantsaux périodes touristiques d’été et d’hivers dont 5 % de poids lourds

Il s’agit d’un tunnel bidirectionnel d’une largeur roulable entre trottoirs de 7,40 m et de 8 m sur le pont

Les trottoirs du pont sont de 1m (côté ouest) et 1,5 m (côté est) et deux trottoirs de 1.50 m dans le tunnel tout en assurant une visibilité à l’intérieur de la courbe.

L’objectif est d’autoriser une vitesse de 50 km/h au maximum sachant que la distance d’arrêt tenant compte dévers (3%) et de la rampe (3%) est de 48 mètres

Pont mixte acier béton d’une longueur de 68 m

Un tunnel de 170 m y compris les ouvrages de têtes

(JPEG)
(JPEG)
(JPEG)