DEUX ALPINISTES BLOQUES LA NUIT AUX CORNETTES DE BISE

dimanche 28 septembre 2003.
 

A VACHERESSE

DEUX ALPINISTES BLOQUES LA NUIT AUX CORNETTES DE BISE

Deux interventions de secours importantes ce week-end en vallée d’Abondance : le premier vendredi soir et toute la nuit à La Chapelle d’Abondance où un randonneur chaussé de baskets s’est trouvé bloqué (voir notre édition du dimanche 14 septembre) et la seconde dans la nuit de dimanche à lundi. Deux chevronnés de la montagne domiciliés, l’un a Evian et l’autre à Thonon, ont passé une nuit sur une plate-forme côté sud des Cornettes de Bise. Partis dimanche à 9 h 30 pour escalader la "voie des amis" dans le secteur des Choucas des Cornettes de Bise, les deux grimpeurs étaient équipés et habillés en conséquence de l’ascension ; à 16 h 30 ils étaient arrivés au sommet. A 1850 mètres d’altitude sur le chemin du retour ils ont trouvé un rappel "puis plus rien" diront-ils aux sauveteurs. Après plusieurs tentatives pour trouver la voie d’escalade, et se rendant compte des difficultés, ceux-ci donnèrent eux-même l’alerte à l’aide d’un téléphone portable . Les gendarmes d’Abondance se sont rendus avec la famille sur le secteur de Bise à Vacheresse . Peu avant 21 heures l’hélicoptère de la protection civile faisait une reconnaissance repérant les deux alpinistes grâce au cadran du portable mais en raison de la nuit noire il était impossible de tenter une intervention. Les deux alpinistes, Thomas un jeune homme de 17 ans et Louis, 48 ans, ont vu l’hélicoptère à moins de 10 mètres d’eux. "Au second passage des pierres sont tombées des parois" diront-il plus tard. Frigorifié, vers 4 h 30 Thomas donna, toujours à l’aide de son portable, des nouvelles. Avant 8 h l’hélicoptère hélitreuilla deux secouristes : un chamois (pompier) et un crampon (gendarme) puis avec les aides des spécialistes de la montagne les deux hommes furent à leur tour hélitreuillés pour retrouver l’équipe d’intervention à Bise, les chamois d’Evian et Thonon et Jean-Luc Vuarand officier de permanence. Les deux alpinistes qui avaient passé la nuit par 0° étaient soulagés et expliquèrent les difficultés de leur expédition qui s’est bien terminée ; ils exprimèrent beaucoup de reconnaissance aux différents intervenants.

(JPEG)
Répondre à cet article