LES ORATOIRES

TRADUCTION DE LA POÉSIES "LOUS ORATOUERES"

  • De loin en loin les oratoires

  • Se font voir sur le bord d'un nant,

  • D'autres font le guet près des terres

  • Que menace un rocher branlant.

 

  • Beaucoup émergent sur les décombres

  • Vers des villages engloutis ;

  • Ce sont des endroits tristes et sombres :

  • La mort sait choisir ses chantiers

 

  • Pour nous servir de sauvegarde 

  • Il y en a le long des chemins :

  • Sans répit ils montent la garde

  • Sur le passage aux pèlerins.

 

  • Accrochés contre une moraine

  • On ne voit guère que leur fronton

  • Et leur marche qu'avec sa plane

  • Le temps cherche a mettre d'aplomb.

 

  • Dedans il y a de vieilles madones 

  • Qui étendent jour et nuit les mains

  • Derrière leurs grosses grilles jaunes

  • Pour nous montrer les bons chemins.

Oratoire du mont

 

Notre-dame des victoires Route du mont.

  • Derrière leurs grosses grilles jaunes

  • Des bouquets qu'y ont semé les vents

  • A leur pied la jeune bergère

  • Vient fêter ses dix-huit printemps.

 

  • Quand l'épervier bat les parages

  • Les oiseaux courent s'y signer

  • Avec de l'eau que les orages

  • Ont versée dans le bénitier.

 

  • Et bien que presse la besogne

  • Si il vient a passer à coté,

  • Le paysans, l'air sans vergogne,

  • Se penche en enlevant son chapeau.

 

  • Il a percé tous les mystères

  • Du vieux temps qui a fait son rêve :

  • Vraies bornes, les oratoires

  • N'en manquent-ils pas la trace ?