Le glissement de terrain de Plaine Dranse

(commune de Châtel – Haute-Savoie)

 

Mi mai, un glissement de terrain s’est produit sur le versant situé en rive droite de la Dranse et en aval des chalets de Plaine Dranse ( 1657 M.). Ce glissement a affecté le talus d’éboulis situé sous un escarpement de faible énergie. Les matériaux déplacés sont constitués de cailloux anguleux de type gélifracts et d’une matrice à dominante argileuse. La niche d’arrachement se situe à 1600 m. d'altitude sous la route communale permettant de rejoindre les chalets de Plaine Dranse et le col de Bassachaux (1778 m.), la zone atteinte par la masse glissée se trouve à 1500m. d'altitude au départ du télésiège de Plaine Dranse. La longueur est de 200 m. et la largeur de 50 à 60 m. La pente est de 70% (35°) vers la niche d’arrachement.

La zone atteinte par les matériaux glissés

Plusieurs explications permettent de comprendre ce mouvement de masse :

Causes lointaines : Le talus d’éboulis s’est formé au pied d’un escarpement de roche calcaire, ce dernier a été, lors des glaciations, un rebord d’auge glaciaire pour le glacier de la Dranse.

Depuis le retrait du glacier, ce versant a été soumis à une intense gélifraction qui a presque masqué l’intégralité de l’escarpement.

Causes météorologiques :

L’hiver a été marqué par des chutes de neige très abondantes ( 5,60 m . à 1030m.)

La fin du mois d’avril et les deux premières semaines de mai ont été marquées par des températures presque estivales ce qui accéléré la fonte de cet épais manteau neigeux.

Des pluies fortes et soutenues ont affecté la vallée d’Abondance provoquant des débordements du cours d’eau en de nombreux endroits.

La fonte de la neige et les pluies abondantes ont contribué à la saturation des terrains en eau.

Cause topographique : La pente très forte de l’ordre de 70% dans la zone amont du glissement

Causes géomorphologiques :

L’escarpement, constitué de roche calcaire de la Brèche Supérieure, a été soumis à la gélifraction. Les produits de la gélifraction, les gélifracts, ont créé ce vaste talus d’éboulis qui est encore actif en de nombreux endroits, surtout avant d’arriver à Plaine dranse. Le talus d’éboulis a été affecté par la microgélifraction qui a constitué les fines argileuses que l’on retrouve dans la masse éboulée.

Un talus d'éboulis encore actif,

soumis à la microgélifraction

Cause hydrologique:

Une source est apparue en amont des matériaux glissés. Les fortes pluies et la fonte du manteau neigeux se sont infiltrés dans les fissures du calcaire de la Brèche supérieur situé à l'amont du glissement. Un réseau karstique se trouve vraisemblablement dans les strates orientées vers l'aval. Une colonne d'eau de fortes pressions a pu sortir sous le talus d'éboulis et ainsi provoquer le glissement.

Conséquences :

Ainsi toutes les conditions étaient réunies pour déclancher un glissement dans cette zone, une pente forte dans des matériaux meubles et argileux, une saturation en eau exceptionnelle (fonte de la neige et pluies abondantes).

La route communale est coupée vers le col de Bassachaux, en effet le glissement ayant recouvert le virage situé au départ du télésiège de Plaine Dranse et surtout la niche d’arrachement a mis la route en léger surplomb dans la partie amont.

La niche d'arrachement

Le télésiège de Plaine Dranse a été atteint pour le premier pylône après la gare de départ, sans apparemment causer de dégats.

Au mois de Juin, un pont a été réalisé pour rétablir la circulation vers le col de Bassachaux:

Photo Ian Bennett Photo Ian Bennett

Vocabulaire :

La Gélifraction : Lors de l’engel, l’eau, qui se trouve dans la roche (failles, fissures, diaclases, porosité…) , la soumet à des pressions de l’ordre de 14 Kg/cm² ce qui a pour effet de la briser. La roche éclate, se désolidarise de la paroi initiale mais reste le plus souvent fixée sur celle-ci grâce à la glace qui fait office de lien. Lors du dégel, la glace fond et le fragment de roche tombe au pied de l’escarpement pour former un éboulis de gravité ou un éboulis ordonné.

Microgélifraction : La microgélifracton se traduit par la fragmentation de plus en plus fine des roches, ainsi après l’éboulisation d’un versant les matériaux arrachés à ce dernier se réduisent encore pour donner une granulométrie de plus en plus fine qui sera apte à solifluer et donc, par la même occasion, à remettre en mouvement une partie du versant.

Copyright © valdabondance.comIDDN Certification