Association Amicale des Résidents de La Chapelle d'Abondance

A.A.R.C.A.

Assemblée Générale de l'A.A.R.C.A.

Repas de l’AARCA

 

Comme déjà depuis quelques années, l’Association Amicale des Résidents de LA Chapelle d’Abondance a organisé son repas annuel dans un restaurant de La Chapelle. Cette année, les 24 participants se sont retrouvés aux Cornettes en compagnie de nombreux membres du bureau. Les tables rondes ont permis aux résidents de faire connaissance et de discuter des nombreuses activités à faire en cette période des fêtes de Noël – Nouvel An où la neige fait cruellement défaut.

 

Assemblée Générale de L’AARCA

Une cinquantaine de participants à l’assemblée Générale de L’Association Amicale de Résidents de La Chapelle d’Abondance a pu écouter le rapport moral du Président M. Jacques Cévost. Ce dernier a demandé à l’assistance d’avoir une pensée émue pour M. Léon Baux qui est décédé le 24 juillet 2002 et qui a été l’un des fondateurs de l’AARCA.

M. Cévost a rappelé les grandes animations organisées par l’AARCA avec le concours précieux de l’Office de tourisme, de l’Ecole de Ski Français et des membres de l’association. Ainsi ce sont 70 skieurs qui ont participé au slalom de février sur la piste du Dahu, 2 randonnées pédestres qui n’ont pas eu le succès escompté en raison de mauvaises conditions météorologiques. Enfin, le concours photo qui a réuni environ 60 clichés sur le thème du Mont de Grange.

Plusieurs autres points ont été abordés comme la taxe de séjour, le problème de la facturation de l’eau à La Chapelle et l’avenir des remontées mécaniques à La Chapelle. M. Le Maire a répondu à ces questions tout en apportant des précisions sur les difficultés de réaliser de lourds investissements.

 

 

Facturation de l’eau

L’association amicale des résidents de La Chapelle d’Abondance a expliqué à ses adhérents la situation sur le problème de la facturation de l’eau dans la commune de La Chapelle d’Abondance. Depuis 4 années, de nombreuses démarches ont été entreprises sans succès pour obtenir la révision des règlements. M. Cévost a écrit à Monsieur le Maire et à son conseil municipal au début de 2002 et n’a pas obtenu de réponse et n’a pu observer aucune trace de débat en séance. Une rencontre avec M. Le Maire a eu lieu qui n’a pas donné lieu à un accord. L’AARCA a proposé de participer à une réunion de concertation sous la houlette de M. Le Sous-Préfet et en présence de MM. Philippe Thoule, maire de Châtel, et de M. Bernard Maxit, du percepteur d’Abondance, d’un représentant de la Chambre d’Agriculture. Lors de cette réunion, le Sous-Préfet a clairement stipulé que la facturation de l’eau à La Chapelle et à Châtel, n’était pas conforme à la loi de 1992 et qu’il fallait la modifier et instaurer des contrats d’abonnements qui actuellement font défaut.

Une procédure d’annulation des règlements au tribunal Administratif de Grenoble a été lancée.

L’AARCA ne veut pas payer qu’un seul abonnement de base par immeuble comme le bruit est actuellement véhiculé mais désire que le critère retenu ne soit pas le nombre d’appartements qui n’a aucune incidence directe sur le coût du service, mais le calibre du branchement qui seul influe sur le coût réel de fonctionnement. La méthode de calcul actuellement en vigueur entraîne une inégalité de la facturation ainsi cette méthode permet de facturer un abonnement 40 fois supérieur dans un immeuble en co-propriété par rapport à un immeuble ayant le même branchement et la même consommation en mono-propriété.

Alors que de nombreuses communes, comme Saint-Jean d’Aulps, Les Gets retirent leurs règlements ou sont condamnées à le faire, la commune de La Chapelle pense être dans son bon droit. Ce sera au tribunal administratif de trancher dans les mois à venir.

 

Vers un retour au réel

Lors de l’Assemblée Générale de l’AARCA, le problème de la taxe de séjour a été soulevé. En effet cette dernière est perçue forfaitairement ce qui revient à la transformer en un impôt sur le loueur et donc, d’après la loi, il est interdit au loueur de la récupérer sur les locataires ! Monsieur Bernard Maxit, maire de La Chapelle d’Abondance, a répondu que dans le cadre du syndicat Intercommunal la taxe de séjour a été harmonisée. Elle a été au réel jusqu’à la fin des années 80, elle est passée au forfait en 1992-1993 et son montant plafonne depuis à 350.000FF. Toutefois une étude du syndicat Intercommunal montre qu’elle rapporterait plus en revenant au système du réel…

Ce retour en arrière serait apprécié des résidents secondaires qui aimeraient louer de manière occasionnelle leur appartement sans avoir à être imposer de la même façon qu’un loueur professionnel. Aujourd’hui, les résidents secondaires ne représentent qu’une faible partie des loueurs et de plus en plus, ils sont décourager par ce forfait qui s’ajoute aux autres impositions. Au final, on voit de plus en plus de logement fermés en pleine saison alors que la station affiche complet, ces appartements vides deviennent alors des manques à gagner dans d’autres domaines…

 

La Chapelle : station montagne ??

M. Bernard Maxit a évoqué l’avenir de la station de LA Chapelle d’Abondance et des remontées mécaniques lors d’une question posée lors de l’assemblée générale de l’AARCA. Le projet d’enneigement artificiel gravitaire avec l’utilisation d’un lac glaciaire qui aménagé, pourrait constituer une retenue de 100000m3, reste à l’étude mais comme cet investissement est assez lourd, il faudrait aussi envisager le renouvellement de certaines remontées mécaniques.

Si les investissements ne peuvent être réalisés par la commune et avec des aides, ils pourraient se faire avec des partenaires financiers privés ou par un rapprochement avec Châtel. Certaines remontées mécaniques seront sûrement supprimées si des solutions ne peuvent être trouvées… M. Maxit allant jusqu’à avoir une vision pessimiste en disant que le ski ne serait plus une priorité et qu’il faudrait voir La Chapelle comme une station de montagne.

Cet avis ne fût pas partagé par le directeur de l’Office de Tourisme, M. Philippe Adam, qui démontra les conséquences pour une station ne vivant qu’un mois en février et un mois l’été… Pour conclure que la Chapelle devait rester une station de ski. Le nouveau président de l’Office de Tourisme a aussi expliqué l’intérêt pour La Chapelle d’investir dans la neige artificielle tant pour les hôteliers, les moniteurs de ski et toute la population qui vit de près ou de loin des sports d’hiver… Ces deux intervenants ont été très applaudis par l’assistance.

La vision pessimiste de M. le Maire aura eu le mérite de montrer la volonté commune de pouvoir skier dans cette station de ski appréciée pour ses paysage, sa gastronomie et son bon accueil…  

Le compte-rendu de l'assemblée 2002 dans son intégralité

Retour